- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Brève et plaisante incursion en musique polonaise

Le programme de cette livraison intéressante fait la part  belle à la musique polonaise en proposant des œuvres archi-connues et d’autres moins fréquentées.

Ce travail s’appuie sur le constitué  depuis 2003 de jeunes et talentueux instrumentistes de diverses institutions européennes comme Cracovie, Stuttgart, Bruxelles et Paris. Cet ensemble professionnel est la première expérience de ce genre en Pologne. De substantiels progrès ont été réalisés en particulier grâce au savoir-faire d’une jeune chef d’orchestre (née en 1976) qui défend avec conviction les répertoires classiques, romantiques et contemporains. Son expérience s’est enrichie au fil des années, c’est-à-dire depuis l’époque où elle travaillait comme chef assistante du Hallé Orchestra de Manchester (première femme en Grande Bretagne à occuper une telle fonction). intervient comme soliste dans les œuvres de Chopin. Il s’agit d’un jeune pianiste né en Pologne, ayant étudié en Ukraine (Odessa) et s’étant installé aux États-Unis. Son parcours est distingué par de brillantes études, des distinctions élogieuses et des succès réguliers lors de concerts, festivals, dans son pays d’accueil mais également au Royaume-Uni, en Espagne et Lituanie… Il exécute un fort beau Concerto n° 2 en fa mineur (1830) de Chopin et trouve une position  intéressante entre les excès romantiques et un moderniste forcé et sec. La Fantaisie sur des thèmes polonais (1828)  renferme bien des traits du maître en devenir qui expose là sa spontanéité maîtrisée, renforcée par des accents nationalistes contenus. Le reste de l’enregistrement propose deux autres partitions de compositeurs beaucoup moins fréquentés. L’Ouverture de l’opéra Flis (Le Flotteur, 1858) de Stanislaw Moniuszko, bien connu de son vivant pour ses opéras et opérettes à succès, propose un enchaînement de thèmes agréables, bien découpés et de tempos gracieux rendant l’écoute plaisante et dépourvue de toute théâtralité immodérée. Les protagonistes terminent par la Petite Suite (1950-1951) en quatre courtes sections de Witold Lutoslawski savamment orchestrées et censées rendre hommage au réalisme soviétique mais néanmoins colorées par des airs populaires polonais provenant de la région de Cracovie. Une œuvre à la fois relativement secondaire et habilement ficelée.

(Visited 411 times, 1 visits today)