- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Chostakovitch transcendé par le Quatuor Debussy

Les quatuors à cordes de Dmitri Chostakovitch dominent le XXe siècle par la tension impérieuse et la séduction lyrique qui les sous-tendent de part en part.

La concentration des thèmes autant que les délicieuses suspensions temporelles des mouvements lents, leur agencement si typique et si singulier sont les marques d’un créateur merveilleux oscillant entre tragédie concrète et félicité rêvée. Les solistes du Quatuor à cordes Debussy donnent le meilleur d’eux-mêmes et portent à un très haut niveau de réalisation technique et interprétative la pensée du maître russe. Ils transmettent à la fois l’austérité insondable du musicien et aussi ses exubérances magiques dont nombre de partitions portent la marque indélébile.

Les trois quatuors enregistrés datent de 1952 (n° 5), 1960 (n° 8) et 1966 (n° 11). À eux seuls, ils véhiculent l’art du créateur et ses relations avec un régime soviétique tellement contraignant qu’il lui fallut sans cesse « jouer » au chat et à la souris pour ne pas risquer la déportation ou la mort sous la dictature stalinienne. Les Debussy ne se départissent à aucun moment de cette hauteur de vue qui signe les authentiques interprètes, non pas ceux qui aménagent les œuvres mais ceux qui les servent ou les habitent pleinement. Faut-il préciser davantage leur maîtrise époustouflante dans les mouvements rapides échevelés ou encore la gravité et l’émotion contenues dans les Andante et Largo. Le plus célèbre du corpus, le Quatuor n° 8 en ut mineur reçoit avec les cordes du une lecture ardente et passionnée menant l’auditeur bien au-delà des notes, des périodes historiques et des destins individuels… vers une approche hautement tangentielle aux destin et génie humains.

(Visited 624 times, 1 visits today)