ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Johann Kuhnau, le prédécesseur de Bach à Leipzig

est célèbre dans l’histoire de la musique essentiellement pour avoir été le prédécesseur de Bach comme cantor et organiste à l’église Saint-Thomas de Leipzig. Il présente une œuvre d’orgue digne d’intérêt malgré l’ombre imposante de son successeur et que met judicieusement en relief sur deux orgues Silbermann de Saxe.

Si les six sonates bibliques qui constituent le noyau dur de l’œuvre pour orgue de Kuhnau ont été souvent enregistrées, il semble bien que cette production soit la première qui propose une intégrale regroupant d’autres sonates ainsi que quelques pièces libres pour le culte (préludes, fugues et chaconnes). , né à Dresde, fit ses études de musique et de droit à Leipzig, et obtint ce poste important de musicien d’église à partir de 1684. Sa musique, comme celle de bon nombre de ses contemporains, est largement influencée par l’Italie, au travers de sonates originales évoquant des scènes de l’Ancien Testament.

Ce sont les fameuses six Sonates bibliques qui ont fait sa notoriété. La première met en musique Le combat de David et Goliath, en neuf mouvements, portant chacun un titre évocateur. Le deuxième s’intitule ainsi : Le tremblement des Israélites devant l’apparence du géant, et leur prière à Dieu. Kuhnau utilise le thème du choral Aus tiefer Not dit du « De profundis ». Des accords répétés dans la basse rappellent les frissons des fidèles. Bach s’en est souvenu lorsqu’il écrivit son choral Erbarm’ dich mein, O Herre Gott BWV 721, utilisant le même principe d’écriture. Par cette ressemblance, certains musicologues ont attribué ce choral à Kuhnau, ce qui reste incertain.

Les italianismes se retrouvent dans une autre série de sonates aux mouvements de danses variés et contrastés. L’écriture pour le clavecin est proche, conçue également pour une utilisation domestique hors de l’église. Enfin quelques simples pièces libres complètent l’ensemble. Pour ce coffret sont utilisés deux orgues historiques de la région de Leipzig : le Silbermann de l’église Sainte-Marie de Rötha, et le célébrissime instrument de la cathédrale de Freiberg. Le choix même de ces deux orgues quasi contemporains de Kuhnau et conservés dans leur esprit d’origine apporte un relief unique à ces compositions.

L’organiste italien joue la carte des couleurs et des divers contrastes dynamiques qu’offrent ces orgues du passé. C’est ce qui fait tout l’attrait du discours et de la place que tient finalement ce répertoire dans ce groupe de musiciens exerçant leur art juste avant l’arrivée de Johann Sebastian Bach. Le pari est réussi, tant l’interprète qui a étudié le style ancien auprès de grands maîtres comme Harald Vogel ou Michael Radulescu, restitue cette musique de manière inspirée où tout l’art de la rhétorique se développe pleinement.