- ResMusica - https://www.resmusica.com -

De la nature des sons par Philippe Leroux

Après De l’épaisseur, Du souffle, De l’imitation poursuit sa quête rai(é)sonnée de la nature des sons en abordant la percussion et son univers en perpétuelle expansion. De la vitesse et De l’itération, les deux pièces pour six percussionnistes qui encadrent le trio Les uns convoquent l’excellent ensemble canadien Sixtrum dans ce nouvel album où l’invention et la fantasmagorie de la matière percutée le disputent à l’ingénierie de la combinatoire.

Leroux évoque le geste du peintre et ses aplats de couleurs concernant son propre travail avec les sons. Dans De l’itération (2012), les percussions claviers se relaient et fusionnent de manière aussi fine qu’imperceptible pour forger le timbre et engendrer ses métamorphoses. La technique relève de ce que l’on pourrait appeler le « morphing » dans l’univers électronique que le compositeur connait bien. Les matières percutées – le set de percussions est pléthorique, incluant les fameux sixxens microtonals – mais aussi les modes de jeu percussifs – baguettes sophistiquées, balais, brosse, mains… – créent autant de nuances différentielles dans cette exploration infinie de la matière et de l’énergie vibratoire. La dramaturgie est à l’œuvre dans De la vitesse (2001), une oeuvre aussi étonnante que jubilatoire qui engage le geste mais aussi le corps des interprètes qui sifflent (appeaux), parlent, frottent et froissent toutes sortes de matières au sein d’un dispositif privilégiant les instruments de percussion à hauteur indéterminée. L’investigation dans le son et l’énergie qui le propulse y est, là aussi, quasi obstinée, s’agissant d’un univers « qui n’en finit jamais de dévoiler son mystère » souligne le compositeur dans la notice du CD. Plus intime mais non moins subtil, Les uns (2001), pièce pour trois percussionnistes, favorise les relais de timbres et fondus enchaînés à la faveur d’un continuum sonore soumis à différents processus temporels. On est subjugué par l’inouï des couleurs, les aléas de la matière et la fulgurance d’un imaginaire sonore qui combine, articule et conduit une trajectoire sans faille. La performance de l’ensemble Sixtrum est optimale comme la qualité de l’enregistrement mettant l’auditeur au cœur de la matière sonore.

 

(Visited 460 times, 1 visits today)