- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Les Variations Goldberg par Jean Muller

2017 est une bonne année pour les Variations Goldberg, enregistrées par Béatrice Rana (voir notre entretien) et ici par , dans cette version riche, réfléchie, mais parfois très carrée.

assume ses choix dans sa note d’intention. Sans les premières reprises (sauf pour les variations à trois ou quatre voix) et enchaînant rapidement les variations, l’enregistrement dure 49 minutes, se plaçant dans les versions les plus courtes de cette œuvre. Celle-ci est ramassée, cohérente et permet à l’auditeur de l’appréhender facilement comme un tout. Le retour de l’Aria à la fin du cycle arrive ainsi comme une réminiscence très touchante et très humaine.

À ce choix d’efficacité s’ajoute un jeu à la fois très direct, sensible et émouvant. Les voix sont très claires et lisibles, la main gauche est bien présente, l’articulation est souvent très fine, détachant les notes de mille manières différentes, les trilles sont équilibrés ou lumineux (Aria, variations 5 ou 14), les nuances piano, subtiles (très belles variations 25 et 29) ou au contraire les attaques, très volontaires mais sans raideur. Il y a clairement un refus de tout lyrisme dans le jeu du pianiste, qui penche parfois du côté de la rigueur analytique de l’œuvre, avec une interprétation très verticale voire métronomique. Prenons les variations 15 et 16 par exemple : tout est net, mais il manque la souplesse du phrasé, certains silences aussi, enfin tout ce qui pourrait tenir l’auditeur en haleine.

La préparation du piano Steinway D permet d’optimiser la résonance du piano, compensant l’absence de deux claviers comme au clavecin et renforçant les contrastes entre les variations intériorisées ou extériorisées, ou au sein d’une même variation (la 15 avec une belle reprise). Un vrai travail de studio.

Jean Muller est également professeur au conservatoire du Luxembourg, où ce disque a été enregistré. S’il a déjà plusieurs enregistrements à son actif dans des répertoires variés (Chopin, Liszt, Brahms, Beethoven, Ligeti, Prokofiev…), il n’est pas anodin que celui-ci ait été retenu parmi les finalistes de la section « baroque instrumental » des International classical music awards, dont ResMusica est membre du jury.

(Visited 957 times, 1 visits today)