ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Le Ravel sans tain de Carlo Rizzi

«  et le Netherlands Philharmonic Orchestra peignent avec un gros pinceau et avec de fins traits un tableaux de couleurs somptueuses d’après les notes de  » annonce l’éditeur en quatrième de couverture. Les approximations de la traduction disent parfois vrai….

La Valse affublée de rubato à contre sens hésite entre le salon et les tranchées d’une façon trop ostentatoire et avec des effets incongrus qu’un mouvement vif ne peut masquer : à la coda ce qui doit être le vertige de la fin d’un monde n’est plus qu’un zeppelin qui se dégonfle. Sans imagination, terne de couleurs, la Suite de Ma mère l’Oye déroule ses vignettes mais oublie l’enfance, le Boléro tire à la ligne, défilé de solistes s’exposant sans même la contrainte du tempo mais sans non plus l’imagination d’un récit. La Pavane est affublée d’un cor un rien engorgé et serait plutôt de Fauré par l’élégance trop suggérée. L’excellent abrase son violon sans jamais en trouver le tzigane. Le tout, si les notes de Ravel y sont, est très loin de l’univers du Magicien de Monfort, si bien qu’on retourne à Cluytens, Munch, Monteux, Martinon sans aucun regret d’abandonner là un disque déjà oublié.