ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Mélodie Ruvio et Benjamin Valette invitent le flamenco lyrique au disque

Belle complémentarité dans ce disque intitulé ¡Vamos! que proposent et , entre l’expressivité populaire du flamenco, et le lyrisme intense propre à l’univers de la musique savante de grands noms espagnols et de personnalités bien moins connues.

¡Vamos! À croire que tout est dans le titre tellement la cohérence de la promesse correspond aux attentes d’un auditeur en recherche de Sevillanas et autres Canciones antiguas. L’Espagne à l’état pur : ce disque, et tout ce qui l’entoure, ne trompe ni un public néophyte, ni les auditeurs avertis. Les grands noms de la musique classique espagnole sont là : de Federico García Lorca (1898-1936) et ses Canciones españolas antiguas, aux chansons populaires de (1876-1946). Mais cette programmation s’agrémente aussi harmonieusement de propositions bien originales comme des arrangements à la guitare par Benjamin Vallette de pièces initialement écrites pour le piano et la voix : El contrabandista de Manuel García (1775-1832) ou les Préludes et les Siete canciones populares españolas de , et les encore moins connues Con amores, la mi madre de Fernando Obradors (1897-1945) et Saeta en forma de salve a la Virgen de la Esperanza de (1882-1949). Benjamin Vallette nous avait presque habitué à des adaptations de bon ton, entraînant sa guitare classique vers les contrées de Debussy, Saint-Saëns, Bizet ou bien encore Rossini. Avec celles proposées dans cette programmation, c’est au cœur de la péninsule ibérique que ses cordes pincées se retrouvent, comme si, à les entendre, ces adaptations n’en étaient pas vraiment.

Mais cet enregistrement ne fait pas l’apologie d’espagnolades malheureuses. Le langage national ibérique, tout présent qu’il soit, n’est jamais déterminant mais bien déterminé. L’inspiration de la tradition folklorique andalouse se retrouve donc tout autant que le chant lyrique de la musique « savante. » Du flamenco lyrique donc, où l’expérience du duo (élèves du Conservatoire de Paris, et se produisent ensemble depuis 2005), malgré la jeunesse de chacun, se révèle le solide fondement d’un art mesuré et parfaitement équilibré entre ces deux protagonistes. Mélodie Ruvio maintient de bout en bout une technique lyrique de bon augure avec un timbre chaud empreint naturellement du soleil méditerranéen. De son côté, Sébastien Valette propose un son fin dans ses accompagnements, faisant jaillir la virtuosité de son jeu, tout en percussions et en nuances dans le Fandanguillo de (1882-1949) notamment.

Le disque se termine par le « Siècle d’or espagnol » dont la vitalité culturelle jaillit par le biais de La mañana de San Juan de Diego Pisador (1509?-post 1557). Initialement destinée à la vihuela, l’instrumentation avec flûte (Isaure Lavergne), viole (Ronald Martin Alonso) et percussions (Raphaël Mas) est encore parfaitement menée.