ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Electroclarinet, une exploration poétique par Jean-François Charles

Clarinettiste, compositeur et programmateur de l’électronique live, assume avec brio toutes ces casquettes dans un programme s’agençant en une mosaïque très colorée qui réunit l’ensemble de ses Electroclarinet 1 à 6 avec Lina.

Les six pièces de ce cycle ont été créées respectivement à Shanghai, Cambridge, Montbéliard, Bentley, Brest et Helsinki entre 2009 et 2017. Elles usent chacune d’une clarinette particulière en parfait équilibre avec l’électronique live particulièrement soigné. a de l’expérience dans le domaine et il est d’ailleurs professeur de composition et d’arts numériques à l’université d’Iowa depuis 2016. Qu’elles présentent des réverbérations fantomatiques de la clarinette en si bémol (Electroclarinet 1), des réponses subtiles aux grognements de la clarinette contrebasse (Electroclarinet 2), de denses échos enrichissant la pâte sonore du cor de basset (Electroclarinet 3), des granulations en soubassement des mélodies de la petite clarinette en mi bémol (Electroclarinet 4), des contrepoints mélodiques au trilles de la clarinette en la (Electroclarinet 5) ou des trames oniriques se fondant avec les tenues de la clarinette basse (Electroclarinet 6, première partie), ces textures participent pleinement de la riche palette de couleurs qui parcourt le disque.

Lina pour clarinette basse est la seule pièce sans électronique, créée en 2007 à Boston. Elle s’intègre cependant naturellement au programme par la diversité des sonorités produite par l’instrumentiste virtuose.

Un poème énigmatique d’ et un extrait de partition constituent les seuls éléments présents dans le livret, qui laisse pleine liberté à l’auditeur d’interpréter les œuvres à sa guise, sans explication supplémentaire. Seul indice, les Electroclarinet 2 à 5 sont en hommage à Debussy, Weber, Messiaen et Stravinsky : citations, couleurs, structure ? Un peu de tout ça selon les explications de Jean-François Charles, mais le résultat est subtil, tout comme l’est le voyage sonore proposé au fil du disque.