ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

L’organiste Tomasz Zając joue Joseph Renner junior

Découvrir un compositeur allemand sur un orgue de Pologne, voilà un beau défi relevé par le label polonais Dux qui nous offre ici un trio compositeur-interprète-instrument des plus convaincant. Au tournant du XXe siècle, nous apparait incontournable, même aux côtés des géants Reger et Rheinberger.

(junior) est né à Regensburg en 1868. Son père Joseph (senior) est organiste et lui donne ses premières leçons de musique. Élève à Munich du célèbre Joseph Reinberger, lui même organiste et compositeur, il devient à son retour à Regensburg titulaire de l’orgue de la cathédrale. Profondément marqué par son maître munichois, il excelle dans ses compositions pour orgue, tandis que d’autres pans de son œuvre (messes ou musique de chambre) sont tombées dans l’oubli. Son style est solidement ancré dans le post-romantisme allemand et ses pièces d’orgue furent appréciées et reconnues par Max Reger et Karl Straube.

Ce disque offre un panorama éclectique qui aborde divers aspects de ses capacités de compositeur : Trois Préludes op. 41, courts mais riches par un habile art du contrepoint et un chromatisme très présent, caractéristique du romantisme allemand. Avec la Sonate n° 2 op. 45, Max Reger avait salué une œuvre comme l’une des plus belles jamais écrites pour l’instrument-roi. Les climats y sont expressifs avec une utilisation des divers plans sonores de l’instrument, rendant le discours agréable et aéré. L’adagio suspend son vol et rappelle curieusement certains passages de la Sonate pour piano de Paul Dukas. Le final Andante, en forme de Passacaille, évoque bien entendu le XVIIIe et l’art de Bach. Époque oblige, Reger plane sur les inspirations de Renner comme dans la Suite pour orgue n° 1 op. 56 qui se compose d’un cycle de mouvements aux titres bien différenciés : Praeludium, Canzone, Fughette, Trio, Elegie et Romanze. Encore plus que ses amis organistes, il évoque des ambiances de manière simple et bien intelligible pour l’auditeur. Il s’écarte du pathos, d’une surcharge sonore en restant clair et concis.

a bien saisi le sens de cette musique. Cet artiste polonais a fait ses études à Cracovie et s’est spécialisé dans la musique symphonique de Reger et Vierne. Pour cet enregistrement, il a choisi un orgue en rapport avec les textes musicaux de Joseph Renner. Le livret nous donne la composition d’un gros orgue à trois claviers, d’une soixantaine de jeux, mais sans aucun historique rapporté, ce qui est bien dommage. L’église fut construite durant les années 1910-1920, on imagine l’orgue datant de cette époque et donc contemporain des œuvres de Renner. Le musicien utilise l’orgue avec subtilité et révèle à la fois les qualités de la musique et celles de l’instrument. La musique est riche d’effets, l’écriture reste moins chargée que celle de ses maitres, sans virtuosité gratuite. , par son propre talent, nous fait aimer cet auteur dont peu de mélomanes connaissent l’existence, même parmi les amateurs d’orgue. Ce disque crée un précédent qui, espérons-le, verra fleurir d’autres réalisations consacrées à ce compositeur trop méconnu.