- ResMusica - https://www.resmusica.com -

L’âme russe de la harpiste Alexandra Luiceanu

Il est rare qu’un premier enregistrement solo soit aussi abouti et aussi personnel. Parfaitement maturé dans sa conception comme dans son interprétation, Matriochka de la harpiste dépeint à l’envi le romantisme russe.

Les lignes mélodiques que la harpiste fait jaillir avec nostalgie, sont belles dans ces fantaisies et transcriptions dédiées à son instrument et venues tout droit de Russie. Pour les amoureux de la harpe, arpèges et autres virtuosités sont bien là. Mais , diplômée du CNSMD de Lyon et formée notamment auprès de Marielle Nordmann avec laquelle elle a enregistré un album, va bien plus loin que les clichés que l’on pourrait imaginer. L’attaque des doigts sur les cordes de la harpe Lyon & Healy Style 23, est parfois judicieusement dure comme pour la Fantaisie survoltée de Walter-Küne (piste 3), et devient ronde et voluptueuse dans le Nocturne de Glinka (piste 4). Légère et aérienne (L’Alouette, Balakirev) ou bien ancrée sur terre (Prélude en ut op. 12 n°7 de Prokofiev), lyrique (Elégie op. 3 n°1, Rachmaninov– premier enregistrement mondial pour cette transcription) ou sobrement dépouillée (Une larme, Moussorgski), virtuose par le figuralisme du rouet d’Albert Zabel (piste 10) ou profondément imprégnée par la culture populaire comme pour le Nocturne de Mikhaïl Ivanov inspiré de la musique folklorique caucasienne.

La harpe d’Alexandra Luiceanu chante littéralement, avec quelque chose en plus qu’une simple voix ou un violoncelle. La polyphonie est parfaitement maîtrisée, chaque plan de la partition étant admirablement calibré pour faire ressortir toutes les forces de ce langage typiquement romantique, avec ses excès et ses émois. La prise de son, bien difficile pour cet instrument, est une pièce d’orfèvrerie. Elle met en valeur toute la richesse de la palette sonore comme dramatique du jeu de la jeune artiste.

Une note d’intention rédigée par l’interprète et une page d’explication pour chaque pièce montrent encore la maturité de cette proposition discographique. Chaque partition correspond ainsi à une histoire, musicale, historique, sentimentale, et personnelle que l’artiste fait également paraître en révélant son enfance et ses origines qui la relient à cette musique qui en elle « résonne comme une réminiscence, tel un langage primaire, présent et compris depuis toujours. » Chacun pourra le confirmer à l’écoute de Matriochka.

(Visited 1 262 times, 1 visits today)