- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Václav Luks reconstitue une messe de Zelenka

Baptisée Missa 1724 par le chef tchèque, , cette œuvre rassemble en un patchwork très cohérent des parties de messes écrites par Zelenka entre 1723 et 1725.

La biographie de comprend de nombreuses lacunes. Après des débuts à Prague, c’est à Dresde qu’il accomplit la plus grande partie de sa carrière, à la cour d’Auguste Le Fort. On sait aussi qu’il ira étudier quelques années à Vienne. Il laisse à la postérité des pièces exclusivement religieuses. D’une messe à l’autre, on observe beaucoup de réemplois au sein même de l’œuvre de Zelenka, mais aussi des emprunts à d’autres musiciens contemporains gravitant autour de la cour de Dresde. Quant au Salve Regina qui complète cet enregistrement, il se base sur une canzone des Fiori Musicali de Frescobaldi, que Zelenka a étudié auprès de lors de son séjour à Vienne. Mais le point commun à toutes ces musiques est la richesse d’une orchestration faisant appel à de grands effectifs, où les trombones et les hautbois se mêlent aux cordes.

L’ensemble praguois Collegium 1704 s’est spécialisé depuis plus de dix ans dans la redécouverte du répertoire de Zelenka. Une fois encore, le chœur et l’orchestre sont très convaincants, d’une dynamique remarquable. L’articulation et la diction des chanteurs sont irréprochables. Il est des moments de bravoure dans les grandes fugues qui concluent les sections de la messe, comme dans le Cum Sancto Spiritu du Gloria. Le Credo est la section la plus aboutie, avec une écriture en double chœurs et un dialogue très équilibré entre les voix et les instruments. Le Crucifixus est particulièrement poignant, qui offre des chromatismes déchirants. a choisi de joindre à cette messe imaginaire un Salve Regina de la même époque, où la science du contrepoint du compositeur tchèque se révèle dans toute sa modernité.

 

(Visited 896 times, 1 visits today)