ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Le Quatuor Signum peu convaincant dans l’opus 130 de Beethoven

Malgré une qualité instrumentale incontestable, le Quatuor Signum livre, dans le reflet d’un concert donné à Monte-Carlo au printemps 2019, une version déséquilibrée de l’opus 130 de Beethoven.

La crise sanitaire a eu raison du Printemps des Arts de Monte-Carlo 2020, mais plusieurs exécutions d’œuvres de Beethoven en 2019 ont permis à la collection discographique de ce festival de s’enrichir significativement pour célébrer le deux cent cinquantième anniversaire de la naissance du Titan. Le Quatuor Signum avait exécuté l’opus 130 avec son final d’origine, la fameuse grande fugue suivie du finale de remplacement composé par Beethoven. Le résultat laisse un sentiment mitigé. Après un premier mouvement abordé avec une grande économie de moyens et peu de vibrato, les Signum se révèlent plus à leur aise dans les brefs mouvements dansants comme le presto ou la alla danza tedesca que dans la sublime Cavatine, que leur refus du pathos finit par vider de toute émotion. Par contraste, la grande fugue prise dans un tempo frénétique regarde plus vers Reger ou Hindemith que tout simplement vers Beethoven, et sature l’auditeur d’une excessive violence sans répit. En revanche, le finale de substitution retrouve la respiration joyeuse qui faisait le prix des mouvements rapides précédents.

Au total, cette belle mais assez inégale exécution de concert reste en deçà des réussites d’une discographie surabondante où les références historiques des Juilliard, Lasalle, Amadeus ou Italiano demeurent toujours d’actualité à côté des gravures plus récentes des Berg ou des Artemis – auprès desquels les Signum ont travaillé. Discographie inchangée.

Lire aussi :

Des concertos de Beethoven puissamment romantiques par François-Frédéric Guy

 

(Visited 146 times, 1 visits today)