- ResMusica - https://www.resmusica.com -

La découverte d’un orgue romantique à Bordeaux avec Franck Besingrand

Faire encore découvrir un orgue à Bordeaux, c’est ce que cet enregistrement propose sous les doigts de , dans un programme romantique, adapté à la palette sonore du facteur d’orgue bordelais Georges Wenner.

Élève du collège Saint-Genès à Bordeaux, avait approché dans sa jeunesse, dans la chapelle de cette institution, un orgue construit vers 1860 par le facteur Georges Wenner (1819-1885). Ce dernier est particulièrement présent en Aquitaine et y édifia la majeure partie de sa production. Originaire d’Alsace, il avait étudié auprès des Callinet à Rouffach et avec John Abbey à Paris. La ville de Bordeaux compte encore de nombreux orgues de sa main. Récemment restauré par la manufacture Robert Frères de Nantes, cet instrument offre une esthétique dite « de transition » entre l’orgue classique français et celui qui deviendra bientôt l’orgue romantique puis symphonique de la fin du XIXᵉ siècle. Pour autant, quelques jeux sur le clavier de récit expressif sont caractéristiques de la période romantique, dont les flûtes harmoniques, la voix céleste ou le hautbois.

Le programme musical englobe quelques uns des les auteurs les plus significatifs du XIXᵉ siècle français, au travers d’œuvres bien connues pour la plupart. Ce qui fait l’originalité de cette production c’est la présence d’un instrument soliste, le violoncelle qui se marie harmonieusement avec les jeux veloutés de l’orgue Wenner. Certaines pièces sont originales avec accompagnement de clavier, dont la Mélancolie de ou la Prière de . Ces œuvres se rapprochent par leur inspiration de pièces plus développées des mêmes auteurs. On trouve également une transcription inédite de la fameuse Prière à Notre-Dame, extraite de la Suite gothique de . Un autre aspect du programme met en lumière quelques pièces du répertoire pour orgue seul, puisées dans les importants livres d’orgue qui ont fleuri tout au long de ce siècle. On se laisse tour à tour charmer ou surprendre par autant d’inspirations nées bien souvent des couleurs particulières des jeux.

Estelle et Franck Besingrand forment un duo musical, complice et raffiné. La connexion artistique père-fille se ressent fortement dans les prières de Saint-Saëns et de Boëllmann. Le beau vibrato de la soliste au service d’un jeu posé ravira l’auditeur, amateur de ces ambiances douces et lyriques. L’orgue sait alors se faire discret comme il se doit. Les grands élans sont réservés aux pièces pour orgue seul dont la célèbre Toccata de Boëllmann qui clôture le disque avec toute la force de l’orgue, dans une prise de son très équilibrée. « Du ciel vers la terre », comme le dit le titre de cet album, illustre complètement cette belle démarche tant souhaitée par de nombreux compositeurs… Pablo Casals disait : « Rendre humaines les choses divines, et divines les choses humaines ».

(Visited 333 times, 2 visits today)