- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Bryn Terfel fête Noël depuis le Pays de Galles

En souvenir de ses débuts au Metropolitan Opera de New-York, en 1994 dans Les Noces de Figaro, Sir donne un récital autour du thème de Noël depuis la Cathédrale de Brecon au Pays de Galles, enregistré sans public et diffusé en direct sur le site « Met Stars Live in Concert ».

Un concert en forme de florilège regroupant différents airs, classiques, folkloriques ou encore religieux autour du thème du silence, de la sérénité et de la paix. C’est dans l’ambiance d’une veillée de Noël, propice à l’émotion et à la ferveur, au centre de la grande nef de la cathédrale gothique de Brecon que se déroule ce récital composé d’une quinzaine de mélodies faisant intervenir le chanteur, entouré de sa femme Hannah Stone à la harpe, de Jeff Howard au piano, de l’ensemble folklorique gallois Calan et de deux jeunes chanteurs, la soprano Natalya Romaniw et le ténor Trystan Llyr Griffith.

A tout seigneur, tout honneur, Sir , en maître de cérémonie, démarre le programme de la soirée entamant « Guardian Angel » et « Silent night » avec accompagnement de piano où il peut faire valoir d’emblée sa vocalité naturelle, facile dans tous les registres, un beau legato particulièrement émouvant dans l’aigu, une diction parfaite alternant anglais, allemand, espagnol et gaélique, un timbre charpenté et voluptueux et une ligne de chant souple, riche en couleurs. Aussi facile dans la mélodie que dans la déclamation, il donne à « I can give you the Starlight » et à « O du, mein holder Abenstern » extrait de Tannhäuser une émotion et une ferveur intenses, les yeux tournés vers le ciel. Les circonstances aidant, quelques chants religieux louant la Nativité donnent l’occasion au jeune ténor gallois Trystan Llyr Griffith de faire ses débuts face au public international avec « El nacimento » et l’ « Ave Maria » de Schubert portés tous deux avec conviction par une voix bien timbrée bénéficiant d’une belle projection, ornementée d’un léger vibrato bien contenu. A son tour, la soprano Natalya Romaniw entonne un « Benedictus » puis « Ô, Holly Night » d’une voix facile au timbre rond et charnu avec un accompagnement de harpe du meilleur effet. Intercalées entre les mélodies, plusieurs pièces instrumentales convoquent la harpe solo de Hannah Stone dans des variations autour de « O Tannenbaum » ou les instruments traditionnels celtiques de l’ensemble folklorique Calan dans deux pièces jubilatoires et dansantes « New Year’s Eve in Carenarfon » et « Ar Hyd y Nos ». En guise de conclusion, l’ensemble des intervenants, chanteurs et instrumentistes regroupés autour de Bryn Terfel se retrouve sur scène pour reprendre en chœur un œcuménique « O, Come, All Ye Faithfull ».

Un concert qui fait du bien au cœur…et aux oreilles dans la période troublée que nous vivons.

Crédit photographique : Sir Bryn Terfel © Adam Barker/ DG

(Visited 243 times, 1 visits today)