- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Alexandre Dumas, poète, librettiste et inspirateur

Alexandre Dumas n’était pas un fin musicien, comme il le reconnaissait lui-même. Il semble donc paradoxal de lui consacrer un CD de mélodies et d’airs d’opéras, si ce n’est pour le plaisir de réaliser un récital surprise particulièrement réussi.

C’était donc un pari périlleux de la part de la Société des Amis d’Alexandre Dumas, de l’association Jeunes Talents, et de la firme Groupama Paris-Val de Loire, à la fois mécène de Jeunes Talents et du château de Monte-Cristo, que de réunir ces mélodies. Inspirées à la fois de la plume d’Alexandre Dumas, d’extraits d’opéra, de couplets à chanter insérés dans ses pièces de théâtre, ainsi que de pages d’autres écrivains dont la raison du choix est plus brumeuse, à l’occasion du 150ᵉ anniversaire de son décès.

On trouve pêle-mêle des mélodies de la main de l’écrivain, la Belle Isabeau », « Jeanne d’Arc au bûcher », « le Sylphe », « l’Ange », « Nita la gondolière », « amour, printemps – printemps amour », et, de façon amusante, « le Jardin », mis en musique par deux compositeurs différents, et d’atmosphère totalement dissemblable.

Du côté du théâtre, le livret de Piquillo est écrit par Alexandre Dumas et Gérard de Nerval, tandis que celui du Chevalier d’Harmental est simplement inspiré du roman éponyme, mais rédigé par Paul Ferrier. Le chœur des Girondins est quant à lui extrait du drame Le Chevalier de Maison-Rouge et fut le rival en tant qu’hymne national de la Marseillaise, pendant la révolution de 1848. Au nombre des autres poètes convoqués, on retrouve des noms illustres : Louis Gallet, Victor Hugo, Théophile Gautier, Armand Sylvestre…

Parmi les compositeurs, on a le plaisir d’entendre la musique d’auteurs connus (Massenet, Berlioz, Liszt, Duparc, Franck, Messager) et d’autres moins connus, voire méconnus (Godard, Doche, Monpou, Varney, Guion, Reber, Thomé) et même la curiosité d’une romance écrite par le ténor Gilbert Duprez, « inventeur » de l’ut de poitrine, dont on peut dire sans se tromper qu’il était meilleur chanteur que compositeur. Tout ceci forme un florilège jouissif de raretés.

Ajouté au plaisir de la découverte, on a de plus l’émotion du beau chant. Face à la valeur sûre de la merveilleuse mezzo-soprano , on trouve avec plaisir la jeune soprano , très expressive, et le joli ténor de demi-caractère , charmant dans l’opéra-comique, coloré dans la mélodie.

L’ensemble est heureusement complété par le violoncelle talentueux de et le piano sensible d’, jeunes talents eux aussi.

(Visited 194 times, 1 visits today)