- ResMusica - https://www.resmusica.com -

L’orgue anglais magnifié par deux albums du label Fugue State Films

Le label britannique Fugue State Films poursuit ses publications sur l’univers de l’orgue anglais. Ces deux nouveautés nous rapprochent par le son et l’image de l’orgue de la célèbre chapelle de King’s college à Cambridge et celui de la Temple Church de Londres, au travers d’un répertoire symphonique anglais et français joué par de grands interprètes d’outre-Manche.

Le premier album consacré à l’orgue de Cambridge porte comme sous titre « la renaissance d’une légende ». En effet ce célèbre instrument fut construit par Harisson & Harisson en 1934 dans un splendide buffet baroque de 1605 dû à Thomas Dallam. Harisson reviendra à intervalles réguliers pour des remises à niveau de l’orgue en 1968 et 1992. En 2016 eut lieu une plus grande restauration avec des améliorations de l’orgue et rajouts de quelques jeux, ce qui fait aujourd’hui de cet instrument l’un des plus beaux témoins de la facture anglaise du XXᵉ siècle. L’orgue trône sur un jubé placé au milieu de la nef avec une façade avant et une autre à l’arrière, le coup d’œil est exceptionnel.

Un premier DVD est consacré à un grand reportage de plus de deux heures, essentiellement axé sur la dernière restauration de 2016. Outre les explications de divers intervenants, notamment de la maison Harisson & Harisson et agrémentées de très belles images de cette chapelle à l’architecture exceptionnelle, , qui fut organiste à cette tribune au début des années 80, propose une présentation de l’instrument avec divers exemples sonores. Tout cela est évidemment passionnant et s’adresse autant au néophyte qu’au spécialiste. Un deuxième DVD est consacré à un récital donné par les organistes de la chapelle qui se sont succédé depuis une quarantaine d’année. On entendra tour à tour des musiques de compositeurs anglais de la période symphonique ainsi que quelques Français dont , Marcel Dupré et Olivier Messiaen. Bach occupe une belle place avec sa Passacaille BWV 582, rendue ici de manière très orchestrale.

Les impressions acoustiques de cet orgue sont moelleuses et profondes. Les groupes de jeux d’anches mêlés à de nombreux jeux de fond offrent un univers sonore bien particulier, caractéristique d’un style qui fut exporté au début du XXᵉ siècle vers les États-Unis. Le coffret comprend deux CD qui reprennent intégralement en version audio le récital du DVD. Afin de rappeler la tradition vocale et célèbre de cette chapelle, le programme musical se termine par une magistrale improvisation sous forme de Variations et Toccata sur l’hymne « O Sapientia », issu du grand antiphonaire de l’Avent.

Le deuxième album est tourné vers l’œuvre d’orgue de avec ses six Symphonies, qui représentent l’une des parties essentielles de son art. De nombreuses versions existent en discographie, la plupart du temps gravées sur des orgues d’Aristide Cavaillé-coll, en pure logique. Le grand orgue de Notre-Dame de Paris dont Vierne fut le titulaire durant 37 ans l’inspira grandement grâce aux qualités du génial facteur. Pour autant il est heureux pour une fois de recourir ici à une autre école de facture, venue d’Angleterre. Le style symphonique de l’instrument est tout aussi marqué que sur ceux rencontrés en France, mais certaines caractéristiques, notamment d’équilibre et de sonorités propres s’en écartent quelque peu. Vierne lui-même joua tout au long de sa carrière de concertiste de nombreux instruments d’esthétique anglo-saxonne, en particulier lors de ses tournées outre-Atlantique. Ces orgues ont des sonorités rondes et profondément orchestrales, ce qui plaisait à Vierne. Les commodités électriques, modernes pour l’époque, étaient autant de progrès perçus par le compositeur comme essentiels pour l’exécution pleine de nouveautés et tournée vers l’avenir. Il est donc finalement tout à fait judicieux d’avoir choisi un tel instrument remontant aux années 1920 et revu au cours du temps, tout en ayant gardé son style original.

Bien que la concurrence soit rude, l’intégrale de est une réussite. Cet organiste londonien, proche des orgues de Saint-Paul et du présent instrument de la Temple Church possède un jeu calme et en phase avec la musique mystérieuse de Vierne. Dès le premier mouvement de la Symphonie n° 1 l’auditeur est conquis par l’avancée d’un lent cortège, de plus en plus proche. La captation de l’orgue avec un bon recul donne toutes satisfactions et respecte pleinement l’ambiance même de ces pages. Ensuite se déroulent les divers mouvements de six longues symphonies, en des multitudes de climats et d’atmosphères diverses, parfois joyeuses voire humoristiques (Scherzo de la Symphonie n° 6). Le coffret comprend 3 CD pour la version audio et 1 DVD pour la captation vidéos de l’ensemble. Cette double présentation permet à chacun de gérer son approche. La vidéo apporte un plus pédagogique indéniable, permettant de suivre de bout en bout le jeu de l’organiste.

Ces deux coffrets apportent avec grand intérêt de nouvelles pistes dans la connaissance de l’orgue britannique, même si malheureusement aucun sous-titrage en français n’est disponible pour les DVD.

Lire aussi :

L’orgue anglais raconté et interprété par Daniel Moult

(Visited 188 times, 1 visits today)