Calliope

Concerti-da-Camera

Les concerti da camera de Vivaldi par Il delirio fantastico

Après un premier enregistrement consacré aux Concerti da Parigi de Vivaldi, Vincent Bernhardt et son ensemble Il delirio fantastico poursuivent ici leur exploration du corpus instrumental du Prêtre Roux et nous proposent sept concerti da camera. Parmi près de cinq cents concertos recensés écrits par Vivaldi, une vingtaine ne font appel qu'à des instruments solistes qui dialoguent entre eux, accompagnés par le continuo. Dans ces concerti da camera, pas d'opposition tutti orchestral/soliste ...
Szymanowski

Les Joachim magnifient les quatuors de Szymanowski et Ravel

Moitié polonais, moitié français, le Quatuor Joachim nous restitue de temps en temps des gemmes méconnues de la littérature pour quatuor à cordes de la fin du XIXe siècle et des premières décennies du XXe siècle. Suite à de belles découvertes dévolues à la musique de Vincent d’Indy, de Camille Saint-Saëns ou de Gustave Samazeuilh, le temps est venu d’aborder les œuvres de Karol Szymanowski et de Maurice Ravel. Le répertoire proposé ...
Xenia Jankovic

L’élégance classique de Xenia Jankovic dans les concertos pour violoncelle de Haydn

Sans forcément révolutionner la vision que l’on peut avoir des deux concertos pour violoncelle de Joseph Haydn, ce disque intéresse tout autant par la qualité de l’arrangement pour orchestre à cordes de Mladen Miloradovic, que par celle de la lecture que propose Xenia Jankovic. Le Concerto n° 1 en ut majeur, redécouvert récemment, en 1961, dans le fonds Radenin du Musée National de Prague, et composé probablement entre 1765 et 1769, ...
Vautier_Liszt_Wagner

Christophe Vautier joue Liszt et des transcriptions de Wagner

Proche de Györgi Cziffra, en particulier à la fin de sa vie, Christophe Vautier, lauréat de la Fondation Cziffra joue pour son maître dont il fut le dernier élève. Chez Calliope paraissent des œuvres de Wagner et Liszt centrées sur Tristan et Isolde ainsi que sur Parsifal, impeccablement défendues. En tant que soliste, sa carrière débute avec le Concerto pour piano et orchestre n° 2 de Rachmaninov. Puis il donne des ...
calliope-romances françaises- nicephor_vign (1)

Romances françaises 1795-1815

La « romance » est un genre apparu dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. En France, elle est souvent accompagnée d’une harpe, et porte dans la plupart des cas sur des événements et sentiments amoureux. Elle y a connu son âge d’or sous le Directoire, le Consulat et l’Empire. Marie-Antoinette et Hortense de Beauharnais, pour ne citer qu’elles, aimaient en chanter dans les salons et même en composer. Ici, les ...
calliope_octuor

Bruch et Weingartner par l’Octuor de France

L'Octuor de France donne deux œuvres obscures de compositeurs qui restent assez mal connus. Bruch profite au moins du succès de ses œuvres pour violon, surtout le premier Concerto et la Fantaisie écossaise. Felix Weingartner est moins célèbre comme compositeur de symphonies et d'opéras que comme chef du Philharmonique de Vienne, conducteur d'une belle intégrale des Symphonies de Beethoven en 78-Tours, et recréateur de la Symphonie de Bizet. Les deux œuvres ...
quatuorludwig_chostakovitch

Quatuors de Chostakovitch : Ludwig 1 – 0 Pacifica

Eclairante comparaison que celle des Quatuors Ludwig et Pacifica, le premier Français, l’autre Etats-Uniens, tous deux abordant le massif des quatuors de Chostakovitch pour la première fois au disque. Les deux formations ont une solide expérience, les Ludwig célébrant leurs vingt-cinq ans de carrière, les Pacifica plus jeunes alignant tout de même dix-sept années de vie en commun. D’emblée le Quatuor Pacifica visent plus fort et plus haut. Un double CD ...
Tout Liszt en un cd ?

Guillaume Coppola, tout Liszt en un cd ?

Le jeune pianiste Guillaume Coppola a choisi dans son dernier enregistrement de présenter un programme consacré à Franz Liszt et sensé nous donner un aperçu des diverses facettes de sa personnalité. La Hongrie, Faust, la religion, tout y passe, même les aspects les plus sucrés de la production du maître. Inénarrable « Rêve d’amour », qu’on n’entend jamais sans que notre estomac se retourne devant tant de niaiserie… L’interprétation est irréprochable, voire même ...
Défi réussi pour un premier disque

Julien Guénebaut, défi réussi pour son premier disque

Pour ses débuts discographiques, Julien Guénebaut a fait un choix relativement rare, celui d’aborder des œuvres tardives de Franz Schubert. En effet, chez ce pianiste et chef d’orchestre qui a bénéficié des conseils d’Alfred Brendel, « l’univers de Schubert suscite un intérêt tout particulier », explique le livret. La jaquette de ce disque, reproduisant une peinture sombre qui fait vaguement penser à des tableaux de Francis Bacon, évoque difficilement un enregistrement de Schubert, ...
Martinů peu fêté

Martinů peu fêté

Le cinquantenaire du décès de Bohuslav Martinů reste désespérément lettre morte chez les éditeurs discographiques comme les programmateurs de concerts - en tous cas en France. Heureusement il reste quelques initiatives individuelles. Ce qui suscite l’intérêt chez ce compositeur est la vivacité rythmique, l’effusion de mélodies, la variété infinie de couleurs qu’il sait trouver dans toute formation instrumentale. Las, Pascal Verrot et son Orchestre de Picardie ne livrent qu’une vision honnête ...
La musique des sphères

La musique des sphères

Josquin des Prés (ou Josquin Deprez) a profondément marqué la musique occidentale en une période où, rangée parmi les sciences, la musique faisait partie des enseignements supérieurs et devait décrire la perfection de la création. Si elle est peu sensuelle et très construite, elle devait avant tout parler à l’intelligence. Il reste de cette conception élitiste une forme d’austérité à l’écoute de ce CD avec peu de nuances, des voix ...
Un Mendelssohn so british

Un Mendelssohn so british

L’année Felix Mendelssohn est bien lancée, de nombreuses productions de qualité voient le jour. Enfin, ce compositeur sera-t-il un jour reconnu à sa juste valeur, faisant partie de ce cercle restreint des grands génies de la musique, lui qui comme d’autres, vécu pourtant si brièvement en notre monde ? Nous avons découvert grâce au disque, voici une quarantaine d’années, l’œuvre pour orgue de ce digne successeur de Bach, établi à Leipzig. Le ...
Autant en emporte le vent… jardins d’amour

Autant en emporte le vent… jardins d’amour

Voici un disque qui se propose de vous faire découvrir un répertoire et des techniques d’improvisation médiévale en vous touchant au cœur, par l’infinie simplicité d’airs que les siècles n’ont pas totalement effacés de la mémoire collective. S’accompagnant d’instruments dont les noms sont porteurs de magie pour les non initiés (chalemie, cistre, rebec, tympanon…) et d’une réelle beauté évocatrice de nos racines collectives, voici donc plus exactement des pièces polyphoniques de ...
Die schöne Sängerin

Nathalie Stutzmann, Die schöne Sängerin

Après Winterreise (salué dans nos colonnes) et Der Schwanengesang, voici venu le temps pour le duo Stutzmann / Södergren de graver le troisième grand ensemble schubertien. La version «méditerranéisante» et romanesque à défaut de romantique à souhait de Tino Rossi de ce chef-d’œuvre du lied est aujourd’hui heureusement éloignée (souvenez-vous, La belle meunière version guitare, pour le film homonyme de Marcel Pagnol, qui narre un épisode de la vie de Schubert). ...
Envoûtant, fascinant, troublant

Envoûtant, fascinant, troublant Schumann par Olivier Chauzu

Il arrive – exceptionnellement – que l’on découvre un enregistrement dont la perfection musicale rende vaine la tentative de poser des phrases dessus. Comment être à la hauteur de ce que l’on entend, comment ne pas le dénaturer et le scléroser en l’enfermant dans des mots ? Tel est le cas de cet enregistrement d’Olivier Chauzu. Déjà célébré dans nos pages pour sa profondeur et sa rondeur de son, il fascine ici par ...
Le rêve irlandais de Turlough O’Carolan

Le rêve irlandais de Turlough O’Carolan

La vie du compositeur Irlandais Turlough O’Carolan est un roman. Né en 1670, il est employé par la famille de Mme McDermott, qui lui fait donner des cours de harpe. Il perd la vue à l’âge de 18 ans après avoir contracté la variole. Il devient harpiste itinérant et voyage à travers l’Irlande. Devenu célèbre dans tout le pays, il épouse Mary Maguire, puis après son décès en 1733 retourne ...
Intégrale de l’œuvre pour piano de Dukas par Olivier Chauzu

Intégrale de l’œuvre pour piano de Dukas par Olivier Chauzu

Une année après son remarquable enregistrement d’Iberia, le pianiste Olivier Chauzu tente la gageure - brillamment relevée - de démontrer à ses auditeurs le caractère aussi injuste qu’incompréhensible de l’oubli dans lequel est tombée la production pianistique du maître de L’apprenti sorcier. Donnant la totalité de l’œuvre pour piano de Paul Dukas, ce magnifique virtuose dont nous avions déjà, dans ces mêmes colonnes, salué l’inestimable talent, ne rend pas seulement ...
Pascal Amoyel Liszt

Pascal Amoyel : Bénédiction de Liszt dans la solitude

Après un disque Schubert-Liszt (XCP n°5025) et une thématique autour de Faust (XCP n°5028), Pascal Amoyel revient à Franz Liszt dans un double album principalement consacré aux Harmonies Poétiques et Religieuses. Rappelons également les enregistrements de pièces lisztiennes réalisées avec d’autres musiciens, comme La Totentanz (OGAM) par exemple. Celui qui fut l’élève de Cziffra et sacré lauréat en 2005 aux Victoires de la Musique classique grâce à sa remarquable ...
L’Enlèvement version octuor

L’Enlèvement version octuor

À une époque où les media permettant de diffuser la musique étaient inexistants, et où les concerts symphoniques étaient rares et réservés à une élite privilégiée, la transcription restait le meilleur moyen pour faire entendre les œuvres dont la presse et les divers récits se faisaient largement l’écho. C’est ainsi que nos bibliothèques regorgent aujourd’hui de ces innombrables volumes autrefois consacrés aux adaptations, réécritures ou réductions, des grands ouvrages du ...
Archets de Paris et pois de Boullongne

Archets de Paris et pois de Boullongne

Le parcours exceptionnel du Chevalier de Saint-George à la fin de l’Ancien Régime et durant la Révolution en fait un personnage aussi romanesque que révélateur de son époque et de la nôtre. Son père était lui-même exceptionnel, qui allait permettre l’éclosion du talent de son fils. Après avoir fait fortune comme colon en Guadeloupe grâce au travail des esclaves, il s’installa en France avec une femme noire et Joseph, leur fils ...
Quand les Jachet de Mantoue nous réinvitent au paradis…

Quand les Jachet de Mantoue nous réinvitent au paradis…

Le très bel Ensemble Jachet de Mantoue formé en 2000 avait à ses débuts pour vocation la redécouverte du compositeur breton Jachet de Mantoue, que les cinq chanteurs ont mis à l’honneur dans leurs premières gravures largement saluées par la presse. Depuis, ils se sont davantage ouverts au riche patrimoine musical sacré de l’Europe de la Renaissance, avec un disque de musique anglaise, et aujourd’hui un disque consacré à l’Espagnol ...
L’heureuse surprise de Régis Pasquier

L’heureuse surprise de Régis Pasquier

Nous sommes nombreux encore à l’évocation du Concerto en ré majeur de Beethoven à nous remémorer le merveilleux tandem Christian Ferras-Herbert von Karajan (DG, 1967). Et pourtant, combien d’autres gravures tout aussi inoubliables de ce chef-d’œuvre depuis l’origine de l’enregistrement ? En établir la liste reviendrait à citer les violonistes, orchestres et chefs les plus prestigieux de chaque génération et la cohorte des autres moins réputés. Toute nouvelle parution se veut d’abord et ...
Quatuor Talich joue Kalliwoda

Quatuor Talich joue Kalliwoda

D’emblée, il convient de louer sans réserve la prestation exceptionnelle du fameux et légendaire Quatuor Talich. Sa précision chirurgicale, ses articulations huilées et ses attaques idéales, son empathie quasi naturelle avec le texte défendu, rendent compte de la réussite de cet enregistrement qui, a priori, aurait pu ou peut être dû passer totalement inaperçu. C’était aussi sans doute sans compter avec les réelles qualités constitutives des trois quatuors à cordes que ...
On n’a pas marché sur la lune

On n’a pas marché sur la lune

Opus 147, un numéro vénéré par les admirateurs de Chostakovitch, celui de sa Sonate pour alto et piano, œuvre ultime achevée un mois avant sa mort. Un ultime chef-d’œuvre. Heureux ceux qui n’ont pas encore entendu le mouvement final qui intègre l’ombre de la Sonate « au clair de lune » de Beethoven, car ils ont une merveille à découvrir. Le couplage avec la Sonate pour violon et piano (1968) ...
Un disque pour faire les fous

Un disque pour faire les fous

Puisque nous avons tous des souvenirs de carnaval, nous héritons généralement de quelque réserve devant les joies forcées, quand sonne l’heure des festivités, chacun part avec un enthousiasme un peu froissé à la découverte de la « fête des fous ». Cette histoire de la folie autorisée une fois l’année, tout le monde entend bien, de nos jours, qu’elle relaie une image obsolète, sinon dangereuse de la folie. Pour autant, quand le ...
« Le cœur mangé », que trop digéré ?

« Le cœur mangé », que trop digéré ?

S’il est une première génération de trouvères, aux côtés de Gace Brulé, trouve-t-on le châtelain de Coucy. Pour être l’auteur d’une quinzaine de chansons authentifiées, ledit châtelain voit son œuvre très inégalement reçue, génériquement modifiée suivant la part accordée au caractère légendaire que son identité pourrait revêtir. Le corpus promet en effet, une clôture plus consistante si le châtelain a vraiment existé, ces chansons en seraient nettement plus lyriques que ...
Du post-romantisme au mysticisme de Scriabine

Du post-romantisme au mysticisme de Scriabine par Pascal Amoyel

Alexandre Scriabine est considéré par beaucoup comme un compositeur à pianistes, un de ceux donc la musique fascine par la virtuosité qu’elle demande aux interprètes et qui finalement ne séduit que ces derniers ou ceux qui aimeraient être aussi bons qu’eux. Pourtant, si l’on prend la peine de s’attarder sur son œuvre, on est surpris par l’évolution de son style et la profondeur vers laquelle il tendait. Pascal Amoyel, à ...
D’Indy ressuscité par le Quatuor Joachim

D’Indy ressuscité par le Quatuor Joachim

Bien souvent tel compositeur est considéré par le commun des mortels comme l’homme d’une seule œuvre : Vivaldi, Les Quatre Saisons ; Bach, « la » Toccata et Fugue (devinez laquelle !) ; Beethoven, la Symphonie n°5 ; Brahms, la Danse hongroise n°5 ; Wagner, la Chevauchée des Walkyries ; Chabrier, España ; Debussy, le Prélude à l’après-midi d’un Faune ; Ravel, le Boléro ; Dukas, L’Apprenti Sorcier ; Honegger, Pacific 231 etc… etc… Et Vincent d’Indy ? Eh bien, la Symphonie Cévenole, voyons !… ...
Trouble in Tahiti : un concentré de vitamine C

Trouble in Tahiti : un concentré de vitamine C

Courte scène lyrique créée en 1952, Trouble in Tahiti n’a qu’un lointain rapport avec la comédie musicale homonyme portée au grand écran dans les années 40. Ecrit sur un livret du compositeur et créé à la Brandeis University, Bernstein inclut en 1983 son opus d’origine dans un vaste opéra en 3 actes, A quiet place. Trouble in Tahiti est une satire de la vie triste et banale des banlieusards américains, ...
Le Quatuor Joachim, découvreur de chefs-d’œuvre

Le Quatuor Joachim, découvreur de chefs-d’œuvre

D’abord, un petit grief envers Calliope, mais qui se doit d’être signalé : vu l’importance de la découverte du Quatuor à cordes de Samazeuilh, ou plutôt sa première mondiale au disque, il est incompréhensible que la photo de présentation du CD ne mentionne que le nom de Franck et son Quatuor, comme s’il n’y avait que le sien sur le disque ! C’est d’autant plus regrettable que les deux œuvres proposées par ...