Lieu : Philharmonie de Paris - Grande salle Pierre Boulez

András Schiff à la Philharmonie de Paris : entre ciel et Terre

András Schiff à la Philharmonie de Paris : entre ciel et Terre

Cette année, le pianiste András Schiff aura soixante-cinq ans. Bien plus qu’un quelconque bilan, ce récital dans la grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris laisse figurer un artiste en permanentes recherches, avec ses affres et ses certitudes, ses doutes et ses réussites, ses moments critiques et ses instants d’exception. Une succession de petites touches pour brosser un portrait en demi-teinte du pianiste. András Schiff, aristocrate du clavier, pense ...
rattle

Simon Rattle, toujours aussi inconstant à la tête du LSO

Malgré une phalange londonienne d’exception, et un programme alléchant, convoquant Strauss, Wagner et Bernstein, Sir Simon Rattle peine à convaincre totalement. Comme lors de son précédent concert à Paris consacré à la trilogie de ballets de Stravinsky, le chef britannique fait alterner le meilleur et le moins bon, en diluant le discours dans la recherche un peu vaine du beau son et des effets inutiles, au risque de perdre de ...
nina stemme

Elektra terrifiante de beauté à la Philharmonie de Paris

La Philharmonie de Paris proposait dans la grande salle Pierre Boulez, en version de concert, l’Elektra de Richard Strauss, dans une distribution vocale idéale à cette heure, sous la direction, à la fois dense et raffinée, de Mikko Franck à la tête d’un Orchestre Philharmonique de Radio France en grande forme.  Richard Strauss, dans Elektra, a sans doute atteint les limites extrêmes de son langage musical et opératique, avant un inévitable ...
Gil Shaham_(c)_Luke Ratray_3

Gil Shaham exceptionnel dans le Concerto de Tchaïkovski

Pour son retour au pupitre de l’Orchestre de Paris, Manfred Honeck propose un programme autour d’œuvres de l’Est. S'ouvrant par un Concerto pour Orchestre de Lutosławski, il se termine par une Fantaisie sur Rusalka de Dvořák arrangée par le chef lui-même. Le grand moment du concert reste cependant le Concerto pour violon de Tchaïkovski, exceptionnel sous l’archet de Gil Shaham. Composé entre 1950 et 1954 à la fin de l’ère stalinienne, ...
aedes-hakimian

À la Cité de la musique, Coro de Berio ou l’amour du genre humain

Alléluia ! En 2017, les Parisiens auront pu assister à deux représentations de Coro. En effet, cette œuvre écrite en 1976 pour quarante chanteurs et orchestre a résonné une première fois, le 30 mai au Festival de Saint-Denis, à l’intérieur de la basilique, et a été redonnée sept mois plus tard à la Philharmonie. Luciano Berio est bien un classique, et c’est justice. Coro est un chef-d’œuvre, et, comme tel, est inclassable. C’est ...
paavo jarvi

Paavo Järvi, un retour en demi teinte face à l’Orchestre de Paris

Un retour sans doute trop attendu que celui de Paavo Järvi, pour un soir à la tête de son ancien orchestre en tant que chef invité. Une attente trop prégnante, trop espérée du public et des musiciens, dans un programme taillé sur mesures pour le chef estonien, convoquant Sibelius et Chostakovitch. Le Concerto pour violon de Sibelius, pièce incontournable du répertoire violonistique, reste une pièce difficile d’exécution qui demande, bien sûr, ...
Mikhaïl Pletnev

Soirée russe avec Mikhaïl Pletnev et l’Orchestre national de Russie

Traditionnel passage à Paris de l'Orchestre national de Russie conduit par son directeur musical, le pianiste et chef d’orchestre Mikhaïl Pletnev. Un programme alléchant qui propose des œuvres rarement données de Karlowicz, Rachmaninov et Scriabine, à l’origine d’un magnifique concert qui vaut plus par la qualité orchestrale du RNO que par la prestation, somme toute assez fade, du pianiste invité Nikolai Lugansky. Une soirée slave qui commence par une découverte : Une ...
lucas debargue

Lucas Debargue magistral dans Schubert et Szymanowski

Concert très attendu que ce récital du pianiste Lucas Debargue qui reprend le programme de son dernier opus discographique associant les Sonates n° 13 et n° 14 de Schubert et la titanesque Sonate n° 2 de Szymanowski. Lucas Debargue a un parcours pour le moins atypique, puisqu'il commence le piano assez tardivement après un apprentissage solitaire, en bonne partie autodidacte. Des dons peu ordinaires, vite reconnus, le conduisent à l’obtention du ...
escaich

Quatre Visages du Temps, un concerto pour orgue d’Escaich à Paris

Thierry Escaich et Maurice Duruflé. Deux hommes qui se sont succédé à la tribune de l'orgue de l'église Saint-Étienne du Mont à Paris. Mais c'est dans la Grande Salle de la Philharmonie que résonne aujourd'hui leur musique : une création européenne très attendue du premier (Concerto pour orgue n°3 « Quatre Visages du Temps » défendu par le compositeur lui-même aux claviers), et le célèbre Requiem du second, page mythique de la ...
pr_a_la_direction_2_marc_rogeronpl

À Paris, Gustav Holst et Péter Eötvös jonglent avec les astres

Lors du week-end "orgue" de la manifestation Orchestres en fête !, l'Orchestre national des Pays de la Loire et le chœur du forum national de la musique de Wroclaw dirigés par Pascal Rophé, avec Iveta Apkalina à l'orgue symphonique et László Fassang à l'orgue Hammond, donnaient deux œuvres, l'une en création française de Péter Eötvös et l'autre signée Gustav Holst. L'étonnant programme de ce concert était donc bâti selon deux axes : ...
50 ans de l'orchestre de Paris- Le 01/11/17-Philharmonie-

L’Orchestre de Paris fête ses 50 ans : Thank you Mister Harding !

À la Philharmonie de Paris, lors d’un concert anniversaire fleuve au programme particulièrement éclectique, l’Orchestre de Paris et son directeur musical Daniel Harding prouvent une fois de plus qu’il faut aujourd’hui compter avec cette formation sur la scène internationale, ainsi que sur le Chœur, magnifiquement préparé par Lionel Sow. Charles Munch aura dirigé l’Orchestre de Paris à peine plus d’un an avant de décéder dans son sommeil lors d’une tournée avec ...
Blomstedt

Herbert Blomstedt en jeune homme dirige Brahms, Beethoven et Schubert

Herbert Blomstedt a 90 ans et peut tout se permettre, comme il le prouve une nouvelle fois lors de deux concerts de tournée avec l'orchestre du Gewandhaus de Leipzig : le premier soir, dans un fantastique Requiem Allemand de Brahms, puis le lendemain avec une Grande de Schubert de plus d’une heure, longue non pas à cause de la lenteur des tempi, mais parce qu’il joue toutes les reprises. Tombé au ...
Welser-Möst

Welser-Möst et le Cleveland Orchestra dans la 6e de Mahler

Le passage à la Philharmonie de Paris, dans le cadre de sa tournée européenne, du Cleveland Orchestra dirigé par son actuel directeur musical, le chef autrichien Franz Welser-Möst, constitue sans nul doute un évènement musical incontournable. Sa dernière prestation l’an passé, dans la Troisième de Mahler, avait déjà suscité de nombreux commentaires. Une phalange mythique, reconnue parmi les « Big Five » américains ; un chef souvent contesté, parfois contestable, héritier d’une ...
c-Karen-Rubin-Alan-Gilbert

L’Orchestre de Paris avec Marc-André Hamelin et Alan Gilbert

Alors qu'il s'apprête à prendre la direction du NDR Elbphilharmonie Orchester Hamburg, entendu il y a quelques jours à la Philharmonie de Paris, Alan Gilbert dirige ce soir l’orchestre résident. Proposée dans la version définitive créée à Düsseldorf en 1851, la Symphonie n°4 en ré mineur de Robert Schumann trouve en Alan Gilbert un interprète aguerri, surprenant dès l’introduction, et même dès le premier accord, dans la recherche de densité des cordes, ...
Thomas Hengelbrock

L’Elbphilharmonie Orchester donne en création française Reminiszenz de Wolfgang Rihm

Co-produit par le Festival d'Automne et la NDR Elbphilharmonie, ce concert prestigieux donné dans la Grande salle Pierre Boulez à Paris est en partie la réplique de la soirée du 11 janvier 2017 où s'inaugurait la nouvelle Elbphilharmonie de Hambourg avec l'orchestre désormais en résidence – le somptueux NDR Elbphilharmonie Orchester - et son chef Thomas Hengelbrock. La commande passée pour l'occasion au compositeur allemand Wolfgang Rihm tient ce soir ...
pollini_maurizio_face_mathias_bothor

Pollini tel qu’en lui-même à la Philharmonie

Assister à un récital de Maurizio Pollini est toujours un événement, tant cet interprète légendaire continue de fasciner. Le public de la Philharmonie ne s’y trompe pas en lui réservant un triomphe à l’issue d’une soirée émouvante. Dans un répertoire familier qu’il ne se lasse pas d’explorer, Pollini déploie son style très personnel, où l’ardeur ne le cède en rien à la subtilité et à la nuance. Après une Arabesque délicatement ...
Superbe création française du Concerto pour violon de Daniel Bjarnason

Superbe création française du Concerto pour violon de Daniel Bjarnason

Attention, un vent rafraîchissant commence à souffler sur l'univers du concert symphonique français. À la Philharmonie de Paris, le public applaudit maintenant entre les mouvements d'une symphonie. Mieux encore, l'Orchestre de Paris ose programmer un Concerto pour violon écrit par Daniel Bjarnason un compositeur islandais trentenaire. L'œuvre a été créée à Los Angeles par Gustavo Dudamel il y a tout juste six semaines, et reprise déjà par Esa-Pekka Salonen à Londres et Bruxelles le mois dernier, et maintenant ...
rattle

Simon Rattle et le LSO mènent la danse dans la trilogie de Stravinsky

La Philharmonie de Paris consacrait tout un week-end thématique aux rites païens, contes populaires et histoires burlesques dans l’œuvre de Stravinsky*. Des thèmes récurrents, dont la célèbre trilogie de ballets, l’Oiseau de feu, Petrouchka et le Sacre du printemps, composée pour les Ballets russes de Diaghilev, constitue l’exemple le plus éclatant. Un véritable marathon symphonique intéressant à plus d’un titre, permettant de juger de l’évolution stylistique très rapide du compositeur entre ...
0092

L’hommage de John Eliot Gardiner à Monteverdi se poursuit à Paris

Sir John Eliot Gardiner a choisi, pour fêter le 450e anniversaire de la disparition de Claudio Monteverdi, d'organiser une tournée mondiale des trois opéras dont les partitions sont arrivées quasi-complètes à notre époque : Orphée, Le Retour d'Ulysse dans sa patrie, Le Couronnement de Poppée. La tournée prenait fin lors de ce week-end Trilogie à la Philharmonie de Paris. Bien sûr, avec le temps, les passions et les révélations musicologiques se ...
Edgar moreau

Jeunesse et mélancolie à la Philharmonie de Paris avec Edgar Moreau et Lahav Shani

Rentré avec la Sixième de Mahler dirigée par son nouveau directeur musical Daniel Harding, l’Orchestre de Paris propose, pour son second concert de la saison, une autre très grande Sixième, celle de Tchaïkovski, magnifiquement portée par un jeune chef déjà impressionnant de maturité : Lahav Shani, le prochain directeur du Philharmonique de Rotterdam. Mais avant cela, l’opulence sonore dégagée de l’ensemble impressionne dès l’Ouverture de Guerre et Paix. La pièce dure ...
L’Orchestre de Paris en ordre de marche pour sa 50e saison

L’Orchestre de Paris en ordre de marche pour sa 50e saison

Premier concert, premier succès : l'Orchestre de Paris ouvre sa saison sur des accents martiaux. L'humour anglais a-t-il fait irruption à Paris ? Les deux œuvres qu'a choisies Daniel Harding pour inaugurer, comme directeur musical, sa seconde saison avec l'Orchestre de Paris, prêtent à sourire : elles parlent de fin plus que de commencement. La première est une musique d'enterrement, celle que composa Purcell pour accompagner le service des funérailles de Marie II d'Angleterre, ...
simon_rattle_c_holger_kettner_stiftung_berliner_philharmoniker

Simon Rattle et les Berliner Philharmoniker dans Chostakovitch

Ce week-end de rentrée à la Philharmonie de Paris, Sir Simon Rattle et l'Orchestre philharmonique de Berlin consacraient un concert à l’œuvre de Dimitri Chostakovitch avec sa première et son ultime symphonies : plus de quarante-cinq ans de parcours de vie, au sein d’un siècle convulsif, où les idéaux de jeunesse ont été broyés par la machine totalitaire, entre éclats et résignation. La Symphonie n° 1 de Dimitri Chostakovitch, coup d’essai ...
Nicholas Angelich

Nicholas Angelich entre classicisme viennois et suggestivité brahmsienne

Pour son dernier récital à la Philharmonie de Paris, Nicholas Angelich nous gratifie d’un programme aussi copieux qu’ambitieux et exigeant. Il éclaire d'une façon singulière, par une somptueuse mise en perspective, la filiation du concept de variation depuis Haydn jusqu'à Brahms. Entre ces deux pôles, place à Beethoven avec sa célèbre et vaste Sonate Waldstein. Les variations en fa mineur Hob.XVII/6, que Joseph Haydn a malicieusement sous-titrées « un piccolo divertimento » ...
Très grande soirée à la Philharmonie avec Bernard Haitink et Mitsuko Uchida

Très grande soirée à la Philharmonie avec Bernard Haitink et Mitsuko Uchida

L’un des derniers concerts symphoniques de la saison à la Philharmonie de Paris est aussi l’un des meilleurs, à ranger même dans la catégorie des "grands concerts". Bernard Haitink y dirige d’une main de maître un Troisième Concerto pour piano de Beethoven auquel le doigté fin et trop rare en France de Mitsuko Uchida rend toute sa délicatesse. La Neuvième Symphonie de Bruckner jouée ensuite dans sa forme simple en ...
Daniel-Harding-ODP-1

Daniel Harding clôture sa première saison avec la Résurrection à la Philharmonie

Après avoir dirigé les Cinquième et Dixième Symphonies de Gustav Mahler en 2016, Daniel Harding choisit de clôturer sa première saison à la tête de l’Orchestre de Paris avec la Deuxième, avant de rouvrir la suivante dès septembre par la numéro Six. La Résurrection démontre encore une fois une formation française aguerrie à cette musique, surtout lorsqu’elle trouve un directeur musical aussi précis face à elle, mais l’œuvre peine à ...
Antonio Pappano

Antonio Pappano et Yuja Wang, pour le pire et pour le meilleur

L’association explosive, le temps d’un concert lors d’une tournée européenne, du fougueux chef anglais Sir Antonio Pappano, à la tête de son orchestre romain, et de la phénoménale pianiste Yuja Wang, avait de quoi attirer les foules dans la Grande salle de la Philharmonie de Paris. Un concert rare et très attendu qui ne tint pas toutes ses promesses, oscillant entre outrance, flamboiement et théâtralité, pour le pire et le ...
gl_pf-slatkin_by_Evgeniy_Ivanov_1

Leonard Slatkin et Hilary Hahn, d’une apollinienne froideur

Avec un concert débutant par les Chairman Dances de John Adams et se concluant sur le « Songe d’une nuit de sabbat » de la Symphonie fantastique d’Hector Berlioz, on était en droit d’espérer que Dionysos s’inviterait à la fête. Hélas, point de bacchanales furieuses, remplacées pour l’occasion par de belles harmonies bien léchées et policées d’inspiration toute apollinienne excluant le moindre soupçon d’émotion ou de sensualité. Et pourtant, en ouverture, ...
Faust_Isabelle__c_FelixBroede_01

Myung-Whun Chung peu convaincant à la tête du Concertgebouw

Il faut bien avouer que l’intérêt principal de ce concert réside dans la présence, sur la scène de la Philharmonie, de la prestigieuse phalange de l'Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam, cet orchestre mythique que façonnent, depuis près de 130 ans et sa création en 1888, les plus grands chefs du moment. Il est dirigé ce soir, avec un bonheur mitigé, par le chef Myung-Whun Chung, associé à la violoniste allemande ...
argerich

Argerich et Kovacevich, un duo d’exception à la Philharmonie

Le duo de légende Argerich-Kovacevich se produisait à la Philharmonie de Paris. C'était l'occasion de redécouvrir le répertoire pour deux pianos sous les doigts de deux artistes immenses, connus pour leur fascinante personnalité musicale. La première partie du concert est consacrée à Debussy. Le Prélude à l'après midi d'un Faune, poème symphonique d’après l’œuvre de Mallarmé, nous plonge dans un écrin idyllique tel un tableau musical impressionniste qui déroule un tapis ...
Eliahu Inbal

Eliahu Inbal, mahlérien sans doute, brucknérien assurément

On connaît les affinités anciennes et ténues existant entre le chef israélien et les deux compositeurs post-romantiques viennois, l’importante discographie qu’il leur a consacrée en est la plus éminente preuve (une Intégrale des symphonies de Mahler et pas moins de cinq versions de la Symphonie n° 4 de Bruckner, dont l’exceptionnelle version de 1874). Deux compositeurs unis par le même désir de se soustraire à l’influence brahmsienne, mais deux façons bien ...