Lieu : Philharmonie de Paris - Grande salle Pierre Boulez

Murray-Perahia-01

Mesure et démesure sous les doigts de Murray Perahia

Murray Perahia dans un récital classique ayant pour pièce maîtresse la Hammerklavier de Beethoven : voilà un programme plein de promesses. Aussi, au-delà du plaisir de retrouver le célèbre pianiste mozartien, c'était ici le sentiment d'un classicisme porté à son apogée, voire à son extrémité, qui a subjugué le public parisien. La grande salle de la Philharmonie lui offrait un cadre parfait, en laissant, malgré sa taille, une impression de ...
khatia_buniatish-_c_julia_wesely

Le récital renversant de Khatia Buniatishvili à Paris

Éblouissante, Khatia Buniatishvili ! Elle ne fait pas toujours l'unanimité chez les plus chagrins, mais elle vous transporte une salle. C'est en tout cas ce qui ressort de ce récital renversant de virtuosité auquel on a pu assister à la Philharmonie. On connait Khatia Buniatishvili pour son tempérament de feu, pour sa personnalité jugée parfois trop présente dans ses interprétations. Son jeu est tantôt fougueux, tantôt délicat, toujours imprévisible, jamais académique. Oui, les œuvres, sous ...
cedric_tiberghien-jbm-0926jean-baptiste_millot_askonas_

Un choc des titans réussi avec l’ONDIF

C'est un Orchestre National d'Île-de-France visiblement heureux de jouer qui a pris possession de la Philharmonie de Paris sous la baguette de Enrique Mazzola pour confronter deux "titans" de la musique romantique. Le programme s'ouvre avec Cédric Tiberghien au piano interprétant le Concerto pour piano n° 2 de Ludwig van Beethoven. Cette collaboration entre le pianiste, l'ONDIF et Enrique Mazzola n'est pas une première, puisqu'elle s'inscrit dans le cadre d'un cycle intégral des concertos pour piano ...
pollini_maurizio_face_mathias_bothor

Pollini romantique à la Philharmonie

Dans une Grande Salle comble, Maurizio Pollini a donné un récital romantique dans la plus pure tradition du style. Après les Six Petites Pièces pour piano d’Arnold Schoenberg, interprétées en préambule en hommage à Pierre Boulez, Pollini revient aux temps primitifs du romantisme, avec une œuvre de jeunesse de Schumann, l’Allegro op. 8, oscillant encore entre deux âges musicaux. De ce morceau rarement joué en concert, le pianiste souligne les ...
quatuor_bellacjeanlouisfernandez

7e Biennale de Quatuors à cordes à la Philharmonie de Paris

La 7e édition de la biennale de Quatuors à cordes initiée par la Cité de la Musique reçoit quelques vingt phalanges internationales et met à l'affiche l'intégrale des quatuors à cordes de Dimitri Chostakovitch. Au côté des 15 opus du maître russe, un coup de projecteur est donné sur la personnalité de Mieczyslaw Weinberg (quatre quatuors sur l'intégrale des 17 inscrits à son catalogue et désormais disponible au disque) dont on ...
set2013-02

Un Chostakovitch endiablé avec Lisa Batiashvili à la Philharmonie

La "Grande" Symphonie n° 9 en ut majeur de Schubert devait être le point d'orgue final de cette soirée à la Philharmonie de Paris avec l'Orchestre de Paris dirigé par Paavo Järvi. Une exécution largement réussie, mais le plus marquant restera l'interprétation pénétrante qu'a donnée Lisa Batiashvili du Concerto pour violon n° 1 de Chostakovitch. Le programme s'est ouvert sur l'exotisme de la Suite d'Aladdin de Nielsen, au répertoire de l'Orchestre ...
Xavier_PHILLIPS_01

French Touch par Xavier Phillips et le National d’Île-de-France

L'Orchestre national d’Île de France (ONDIF) nous a présenté au sein d'un concert baptisé « french touch », non pas la musique de Air et de Laurent Garnier, mais bien celle de Debussy, Ravel et Dutilleux, dans un programme réjouissant, aux couleurs de quatre des plus grands chefs d’œuvre de la musique française du XXe siècle. En préambule au concert, quelques instrumentistes de l'orchestre ont pris place sur la scène : deux violons, ...
Mari Samuelsen, Twelve Ensemble, Max Richter Ensemble et Max Richter dans "The Four Seasons Recomposed", le 10 Janvier 2016 à la Philharmonie de Paris

Vivaldi Recomposed par Max Richter à la Philharmonie de Paris

Ambiance pop-rock avec « lights » et fumée de rigueur ce soir à la Philharmonie de Paris, afin d’accueillir le compositeur Max Richter et son ensemble dans sa décoiffante version des Quatre Saisons de Vivaldi « Recomposed ». Trop souvent entendues, rabâchées par quelques sonneries de téléphones, musiques d’ascenseur ou autres boîtes vocales mettant les nerfs à vif : c'est de ce constat qu'est parti le compositeur post-minimaliste Max Richter en donnant une relecture tout ...
ingo_metzmacher_credit_harald_hoffmann_intermusica

Prometeo de Luigi Nono dans l’espace de la Philharmonie

L'événement est exceptionnel et marque d'une pierre blanche la saison de la Philharmonie de Paris. C'est la troisième fois, depuis sa création à Venise en 1984, que Prometeo de Luigi Nono est donné à Paris. L'œuvre exige un déploiement considérable de forces engageant l'orchestre, le chœur et les solistes, tous dispersés dans l'espace somptueux conçu par Jean Nouvel, qui s'avère être l'écrin idéal pour une telle « représentation ».   Prometeo est la ...
paneaux de métropolitain opéra

Exposition Marc Chagall : Le triomphe de la musique

La musique est, pour Marc Chagall (1887-1995), plus qu’une simple source d’inspiration. Elle l’a accompagné toute sa vie, et ses œuvres devenaient particulièrement éclatantes lorsqu’il y traitait un sujet musical. Cette exposition le démontre tout au long d’un parcours à travers 270 pièces : peintres, dessins, costumes, maquettes de décors et de costumes, esquisses, mais aussi céramiques et sculptures. Dès qu’on pénètre dans l’espace d’exposition, on est ébloui par la projection grandeur ...
orgue philharmonie de paris1

Inauguration de l’orgue Rieger de la Philharmonie de Paris

Comme désormais cela devient une habitude avec la Philharmonie de Paris, ce qui n’est pas encore achevé est tout de même inauguré ! En effet, les premières notes du grand orgue du nouveau temple parisien de la musique symphonique se sont fait entendre mercredi 28 octobre dans une salle pleine à craquer pour un concert entre improvisation, création et répertoire. Car la présence d’un orgue au sein du grand projet architectural qu’est ...
Vilde Frang

Mikko Franck dirige Korngold et Mahler à la Philharmonie de Paris

L'Orchestre Philharmonique de Radio France et son nouveau chef Mikko Franck sont invités à la Philharmonie de Paris pour le second concert de leur saison. À côté du sublime Chant de la terre de Gustav Mahler, le concerto pour violon d'Erich Wolfgang Korngold révèle au public parisien l'éblouissante violoniste norvégienne Vilde Frang. D'origine autrichienne, Korngold est à Hollywood, naturalisé américain, lorsqu'il écrit son concerto pour violon (1946). Il y fait principalement ...
APart

Week-end Arvo Pärt à la Philharmonie de Paris

Les 80 ans tout juste sonnés d'Arvo Pärt sont l'occasion, pour Paavo Järvi, de mettre la musique de son compatriote à l'honneur. Le programme aurait pu paraître aride, et la succession de ces titres plus ou moins fantaisistes, rebuter le public habituel de la Philharmonie. Que nenni ! La grande salle est comble, et l'on se bouscule à l'entrée pour trouver des places de dernière minute. Arvo Pärt aura-t-il été pris de ...
francoisxavierroth_marco_borggreve_027

Berlioz par François-Xavier Roth

Le « petit-frère du Requiem » (dixit Berlioz), n'a pas pas bonne réputation. L'injustice musicale vient d'être levée avec panache par François-Xavier Roth à la Philharmonie de Paris. 950, c'est le nombre cité par Hector Berlioz pour la création le 30 avril 1855 à l'Eglise Saint-Eustache, de son Te Deum, imaginé dès 1848 en vue d'un éventuel couronnement de type napoléonien. Sa Symphonie des Mille à lui (les envolées vocales de la fin ...
Paavo Järvi à la tête de l’Orchestre de Paris

Beethoven Neuvième symphonie, épisode 2 : Paavo Järvi à la Philharmonie

Au lendemain de l’exécution de cette même ultime symphonie beethovénienne à l’Opéra Bastille, l’Orchestre de Paris prenait le relais conduit par son chef Paavo Järvi offrant une prestation de haute volée dont on put, dans l’acoustique bien plus favorable de la Philharmonie, en percevoir clairement toutes les qualités. Mais avant cela on put entendre le Concerto pour violon n°2 de Chostakovitch repris par Philippe Aïche, un des deux premiers violons solo ...
Haitink © Todd Rosenberg

Bernard Haitink et le LSO à Paris

Pour son retour à Paris à la tête du London Symphony Orchestra, Bernard Haitink avait choisi un programme simple et classique, pour une exécution qui, finalement, était peut-être un peu trop musicalement à l’image de son programme. L’attaque tout en douceur du Concerto pour violon  n°3 de Mozart nous fit craindre le retour du « moderato cantabile » qui avait marqué plusieurs des exécutions concertantes entendues récemment, et si nous y avons partiellement ...
boulez_repons

Répons de Pierre Boulez dans l’espace de la Philharmonie

Avec Répons de Pierre Boulez, la Philharmonie était bondée pour la deuxième soirée événement du Festival Manifeste de l'Ircam (après la création de Tour à Tour de Philippe Hurel), qui s'associait aux forces de l'Ensemble Intercontemporain. Après l'ouverture du festival par le Requiem pour un jeune poètede Berndt-Alois Zimmermann, Répons de Pierre Boulez, œuvre non moins visionnaire (1981-85) intégrant l'électronique à l'orchestre et pensée pour les salles de concert d'aujourd'hui, investissait l'espace ...
45788_100613893332971_5652310_n

Requiem pour un jeune poète en ouverture de Manifeste

Coup d'envoi retentissant du Festival de l'IRCAM Manifeste, qui mettait à l'affiche de la Philharmonie le très rare Requiem pour un jeune poète de Bernd Alois Zimmermann, oeuvre monstre au sein de laquelle s'incarne la conception pluraliste du compositeur allemand. Ėtait-ce vraiment une bonne idée de préluder avec Photoptosis, oeuvre quasi contemporaine du « Requiem », dont on ne boudera d'ailleurs ni la qualité de l'interprétation ni l'intensité prodigieuse de la matière orchestrale ...
Fischer-Ivan-Akos-Stiller-Phil-20150526-b-362x241

Iván Fischer et son Budapest Festival Orchestra jouent Brahms

A l’instar d’un récent concert de Christoph Eschenbach et des Wiener Philharmoniker dans une autre salle parisienne, voilà que le Budapest Festival Orchestra et son chef Iván Fischer proposaient au public parisien une soirée consacrée à deux symphonies de Brahms. Pour un résultat finalement plus constant et convaincant. C’est dans une Philharmonie quasiment au complet que les musiciens hongrois attaquèrent les premiers accords de la Symphonie n°3 de Brahms, avec un ...
New York Philharmonic

La Philharmonie accueille le New York Philharmonic

En plein cœur de sa tournée européenne, le New York Philharmonic passait par Paris pour deux concerts au programme alléchant. Emmené par son chef titulaire l'orchestre produisit une splendide performance, peut-être la meilleure à Paris depuis qu'Alan Gilbert (lire l'entretien donné à ResMusica) en a pris les rênes.      Défenseur de nombreuses œuvres nouvelles ou contemporaines, Alan Gilbert lança cette série de concert avec Nyx composé en 2010 par Esa-Pekka Salonen qui en ...
Argentinian-born conductor Daniel Barenb

Argerich et Barenboïm : stars à Paris

Argerich, Barenboïm, Berlin (même si "seulement" la Staatskapelle), voilà qui annonçait une soirée de stars attirant la grande foule à la Philharmonie de Paris. Ce concert n'aura finalement pas déçu. Contrairement à ce qui avait été prévu initialement c'est bien le Concerto pour piano n°1 (et non le second) qui était au programme ce soir. On ne s'en plaindra pas, cet opus 15 nous permettant d'entrer encore plus fermement dans l'univers ...
mikko_franck_2_photo_heikki_tuuli

Prokofiev au sommet avec le Philharmonique de Radio France

En programmant le Concerto pour piano n°1 de Brahms et la Symphonie n°5 de Prokofiev, le Philharmonique de Radio France mettait du solide et consistant à son programme, emplissant copieusement la grande nef de la Philharmonie de Paris. Avec un succès fort mérité dans la symphonie, et une réussite plus limitée côté concerto. A l’évidence le viennois Rudolf Buchbinder connait son Brahms pour l’avoir fréquenté de longue date sinon même l’avoir ...
Tugan Sokhiev © Denis Rouvre - Naïve

Tugan Sokhiev sans surprise à la Philharmonie de Paris

En visite à Paris avec un programme sans surprise, c'est tout aussi sans surprise que Tugan Sokhiev et son orchestre toulousain l'emporte dans Tchaïkovski. Chef-d'œuvre de densité quasi beethovénienne, l'ouverture Les Hébrides doit captiver l'auditeur dès les premières mesures pour ne jamais le relâcher jusqu'à pianissimo final en passant par des déchainements où l'orchestre peut montrer toutes ses qualités. Si ces derniers furent spectaculaires à souhait, toute l'introduction, trop douce et sans ...
boulez icma

A Pierre Boulez, pour ses 90 ans

A quelques jours de la date anniversaire de Pierre Boulez, le 26 mars, où il fête ses 90 ans, l'Ensemble Intercontemporain et l'IRCAM offraient au Maître - hélas retenu à Baden-Baden pour des raisons de santé - un « grand soir » en trois parties rythmées par des entractes surprise dans l'esprit des week-ends Turbulences. C'est ...explosant-fixe... de Boulez qui avait été choisie pour couronner la soirée, l'une des oeuvres fétiches de ...

L’Orchestre Philharmonique de Radio France a joué dans la salle vide de la Philharmonie de Paris

Hier soir l'Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par son chef Myung-Whun Chung a joué dans la salle vide de la Philharmonie de Paris pour protester contre l'annulation unilatérale de leur concert par la direction de Radio France. Jeudi les musiciens de l'Orchestre National de France avaient quant à eux joué dans le hall de Radio France, protestant aussi contre l'annulation de leur concert. Malgré la grève à Radio France et tout ...
François Xavier Roth © François Sechet

Roméo et Juliette de Berlioz à la Philharmonie

Une des œuvres les plus géniales de Berlioz, éclaircie par les Siècles et le Chœur Aedes. L'ivresse amoureuse, les haines familiales, les facéties de la Reine des songes tourbillonnent, se mêlent et se répondent dans Roméo et Juliette. Un chef-d'oeuvre incontestable, on y trouve le génie de Berlioz dans ses plus amples proportions, sur un fond de nuit d'été en Italie. Cette "symphonie dramatique" de l'amour et de la mort ...
_DSC1255

Le Sacre par Gallotta à la Philharmonie

Pour ce week-end consacré à la danse, la Philharmonie de Paris a confié au chorégraphe Jean-Claude Gallotta une soirée autour du Sacre et de ses révolutions. A la baguette du Brussels Philarmonic, Michel Tabachnik. Il y a des similitudes entre Le Sacre du Printemps et Jonchaies, de Iannis Xenakis, qui ouvre ce programme danse à la Philarmonie. L’énergie primitive et éruptive dans les cuivres et les percussions, la stridence des flûtes, ...
Andris_Nelsons_1

Andris Nelsons porte le Concertgebouw d’Amsterdam à son sommet

Pour son deuxième concert en l'espace de quelques semaines, l'Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam offre au public de la capitale un programme concerto-symphonie qui sonne comme une démonstration irrésistible et sublime. À la baguette, on trouve ce soir le talentueux Andris Nelsons. Face à lui, dans le Concerto pour violon de Jean Sibelius, la grande (et chère) Anne-Sophie Mutter, dont les apparitions  ne manquent pas d'attirer un certain nombre d'auditeurs fidèles. Son ...
Valery-Gergiev-2015

Le Philharmonique de Munich rend hommage à Lorin Maazel

L'Orchestre Philharmonique de Munich et Valery Gergiev rendent hommage à Lorin Maazel et Richard Strauss.  L'Orchestre Philharmonique de Munich avait choisi en 2012 Lorin Maazel comme chef, succédant à Thielemann, Levine, Celibidache, Kempe et quelques autres depuis 1893.  En hommage à son prédécesseur, Valery Gergiev, nouveau directeur musical, a composé un programme sans doute plus typique du répertoire du chef américain que du sien avec en particulier deux poèmes symphoniques de ...
Concert Jansons Amsterdam Paris 20150220 (c) Charles d'HérouvillePhilharmonie de Paris

Mariss Jansons et le Concertgebouw à Paris

Deux jours après une « Resurrection » de Mahler extravertie de Rattle et ses Berliner, la Philharmonie de Paris accueillait un autre orchestre de légende, le Concertgebouw d’Amsterdam, dont on s’était dit que sous la baguette de Mariss Janson, la plus douce et raffinée Symphonie n°4 risquait de sonner bien différemment. Ce fut le cas mais finalement pas autant qu’on s’y attendait. Avant cela l’orchestre, en formation réduite, nous offrait une pièce de ...