Mot-clef : Ludwig van Beethoven

Nécessité versus curiosité

Riccardo Chailly & Lang Lang, Nécessité versus curiosité

Gewandhausorchester Leipzig La venue du Gewandhausorchester de Leipzig et de Riccardo Chailly est un incontournable de la saison parisienne. Cette année, l’événement est d’autant plus grand que leur passage dans la capitale, pour deux concerts, dédie une soirée à l’un de ses plus prestigieux chefs (1835 à 1843 puis 1845-1847) dont on fête cette année le bicentenaire de la naissance : Mendelssohn. Essentiellement symphonique, le premier programme est le plus grandiose. La Symphonie ...
Gardiner, la valeur sûre

Beethoven-Gardiner-LSO : Du panache avec un systématisme quelque peu plombant

Un an après les premiers concerts de cette série Beethoven-Gardiner-LSO à Pleyel, voici de retour les mêmes interprètes pour deux ouvertures, un concerto et trois symphonies. L’an passé nous avions été assez réservés en particulier dans une Héroïque un peu étroite de vue. Un an après, si les bases restent fondamentalement les mêmes, il faut reconnaître que Gardiner les a poussées à un degré d’accomplissement plus profond et homogène (sans ...
Le grand piano

Murray Perahia, le grand piano

Lorsqu’un public se lève à la fin du concert, et rappelle autant que possible le pianiste, généreux par deux fois déjà, deux longs bis, un sourire, chacun montre et confirme un bien-être évident, un concert de plaisir… Murray Perahia jouait à Bruxelles ce lundi… Un événement comme chaque fois, pour un grand pianiste, et d’autant plus depuis qu’un pouce fragile l’éloigna de la scène dans le courant des années 90. Perahia ...
Un extraterrestre

Grigory Sokolov, un extraterrestre

Après avoir assisté à un récital de Grigory Sokolov, on comprend aisément que celui-ci ait ses groupies qui guettent fiévreusement ses moindres concerts. Il est difficile de brosser meilleur panégyrique de ce pianiste d’exception après l’article écrit suite à la soirée dijonnaise mémorable du 2 décembre 2004. Il est vrai aussi que le physique du pianiste russe, sa tenue vestimentaire, sa froideur affectée en font déjà un être surprenant pour ...
Evgeny Kissin – Beethoven, rendez-vous manqué

Evgeny Kissin – Beethoven, rendez-vous manqué

Evgeny Kissin est un pianiste indiscutable. Il est d’une rigueur technique irréprochable. Son toucher et son articulation pianistiques sont des modèles du genre. Sa mise en place est d’une précision difficilement égalable. Nombre de ses concerts sont empreints de génie. Reste que malgré toutes ces évidentes qualités pianistiques, Evgueny Kissin n’est pas le pianiste de Beethoven. Beethoven déborde de fougue. C’est un volcan déchaîné, une terre qui tremble, un feu ...
De Beethoven à Lutoslawski

De Beethoven à Lutoslawski par Antoni Wit

Sans aucunement dévaloriser l’auditorium du Conservatoire, une telle soirée aurait mérité l’opéra. L’orchestre a retrouvé sa verve qui avait quelque peu pâli lors des deux dernières représentations de l’année 2008. Cette fois-ci il était bel et bien là, tel qu’on le connaît, fin et précis, uni et clair. Ce fut, du reste, la carte maîtresse de l’interprétation de la Petite suite de Lutoslawski, dont la grande précision des ostinatos fut ...
François-Frédéric Guy se confronte au géant beethovénien

François-Frédéric Guy se confronte au géant beethovénien

Ces temps-ci, le nom de François-Frédéric Guy s’associe régulièrement à celui de Beethoven. Outre les nombreux récitals programmés de 2008 à 2010, il a entrepris de donner en concert une intégrale des sonates et des concertos chez Naïve, dont voici le dernier né (lire aussi le compte rendu des Concertos n°1 et 5). Après tant de versions de référence, interpréter les concertos de Beethoven semble une gageure, mais François-Frédéric Guy et ...
Bernstein et Beethoven humanistes

Bernstein et Beethoven humanistes

Ces enregistrements publics des symphonies de Beethoven par Bernstein et les Wiener Philharmoniker nous sont familiers : réalisés fin des années 70 à la fois en captation audio et en film, ils nous étaient déjà connus dès leur apparition en microsillon, support vinylite qui allait bientôt céder la place au disque compact. Bien sûr, l’interprétation de Leonard Bernstein du corpus symphonique beethovénien nous était déjà familière dans sa version antérieure et en ...
La lumière sans la flamme

Fidelio à Garnier, la lumière sans la flamme

Voilà un opéra auquel on ne donnera pas son âge ! Qui croirait que Fidelio remonte à une époque déjà vieille de deux siècles, lors même que ni son argument ni sa musique n’ont perdu la moindre étincelle de leur brûlante actualité ? À ce défi dramatique d’une si rare qualité, le public était en droit d’attendre une réponse scénique mariant l’exigence à la finesse, la pertinence à l’originalité. Du plateau du premier acte, ...
« On ne se rencontre qu’en se heurtant » (Flaubert)

« On ne se rencontre qu’en se heurtant » (Flaubert)

Quatuor Belcea Le Quatuor Belcea se forme en 1994 lorsque les musiciens se rencontrent au Royal College of Music ; ils ont alors la chance de suivre les conseils du Quatuor Chilingarian et ceux des Berg et des Amadeus. Par bonheur pour nous, ces derniers leur transmettent des indications essentielles sur le Quatuor n° 3 de Britten dont ils étaient les commanditaires, ce qui donne au Quatuor Belcea une sorte de légitimité ...
Profondeur et magnificence !

Beethoven par Murray Perahia, profondeur et magnificence !

Un an après un très beau CD consacré à Bach, Murray Perahia revient sur la scène du disque avec un enregistrement consacré à Ludwig van Beethoven. Il retourne à ses amours romantiques. Et à Beethoven dont il avait déjà gravé certaines sonates pour piano. Et encore une fois, les caractéristiques du précédent CD (consacré à Bach) sont tout à fait valables : « Légèreté, finesse, grâce, conduite pensée et pesée des voix ...
La face berlinoise de la force

La face berlinoise de la force

Le label Orfeo et sa série Festspieldokumente dédiée aux archives du festival de Salzbourg aime beaucoup George Szell puisque un an après la sortie d’un gros coffret de sept galettes consacré à des témoignages concertants salzbourgeois du grand chef hongrois, ce label récidive avec une petite boite de trois disques centrés sur deux de ses concerts de l’année 1957. Pour les connaisseurs de l’histoire du festival, l’année 1957 est une date ...
L’Orchestre des Jeunes du Vénézuela / Gustavo Dudamel : époustouflant !

L’Orchestre des Jeunes du Vénézuela / Gustavo Dudamel : époustouflant !

Au départ, en 1975, il s’agissait de trouver une idée pour occuper «sainement» les jeunes Vénézuéliens après l’école, principalement ceux des classes les plus pauvres. Il fallait trouver le moyen pour qu’ils évitent de traîner dans les rues, avec toutes les conséquences imaginables possibles, et qu’ils puissent pratiquer une activité collective la plus éducative possible. L’économiste, musicien (et plus tard ministre de la culture) José Antonio Abreu a alors proposé ...
Contre-performance ?

Michel Dalberto, contre-performance?

On attendait l’univers poétique de Gabriel Fauré, les élans de Ludwig van Beethoven, les excès de Robert Schumann. On a trouvé la dureté de Fauré, la délicatesse de Beethoven, la logique raisonnable de Schumann. Soit. Après tout, pourquoi pas. Un interprète qui sort des sentiers battus et des normes établies autour de chaque compositeur, cela peut-être intéressant. Démarches audacieuses, nouvelles, regards personnels, des œuvres présentées sous un jour nouveau… certains ...
Une agréable rencontre

Debussy et Beethoven réunis chez Chagall

Si la soirée, quoique fort simple, fut relativement agréable, on peut toutefois se demander ce qui a présidé au choix des pièces. Il semble bien que ce soit la simple présence simultanée des instrumentistes, car unir dans une même soirée Beethoven et Debussy est de soi insolite, quand on sait la distance prise par le jeune Debussy après son échec cuisant lors de l’exécution de l’opus 111 du maître de ...
Musique anglaise et répertoire

Musique anglaise et répertoire à l’OPL

Orchestre Philharmonique de Liège Après huit années consacrées à l’English National Opera (entre 1997 et 2005), le chef anglais Paul Daniel quittera en 2009 l’Angleterre pour gagner l’Australie où l’attendent les musiciens de l’Orchestre Symphonique de Perth. Sa dernière rencontre avec l’Orchestre Philharmonique de Liège datant de la saison 2006-2007, nous étions heureux de retrouver ce brillant musicien dans un programme mêlant musique anglaise et répertoire beethovenien. Mettre au pupitre les ...
Adieu…  Bravo !

Alfred Brendel : Adieu… Bravo!

Lorsque Brendel monte sur la scène des Beaux-Arts, ce lundi 17 novembre, il se retrouve cerné… Par un public, une foule, dans la salle, sur la scène, devant, par-dessus, puis derrière… Partout. L’annonce d’un adieu fait salle comble… Non, Brendel fait salle comble. La dernière date d’un fidèle parcours bruxellois dont chaque étape était fêtée par ce public. Une dernière rencontre en multitude. Le pianiste s’avance, le buste penché, petits pas, ...
L’éternel combat de la forme et du fond

L’éternel combat de la forme et du fond

Avec ce volume se termine l’intégrale des symphonies de Beethoven sous la baguette d’Osmo Vänskä. Ce dernier tome résume bien cette approche qui favorise la tradition symphonique actualisée à la quête absolue de la révolution interprétative. La symphonie n°2 se révèle raisonnable dans ses choix de tempi avec une grande attention portée aux lignes mélodiques et aux dosages entre les instruments. C’est intellectuellement formidable pour qui suit l’interprétation avec une partition ...
Retour au disque du prestigieux Trio Guilels-Kogan-Rostropovitch

Retour au disque du prestigieux Trio Gilels-Kogan-Rostropovitch

Les mystères de l’édition discographique sont insondables… à peu de choses près ! Voici des gravures réalisées à Moscou entre 1950 et 1958, que nous avons connues naguère en microsillons Melodya et Monitor, et qui réapparaissent actuellement en CD sous étiquette Deutsche Grammophon. La raison en est que DGG a hérité du légendaire catalogue Westminster qui lui-même avait repris ces enregistrements russes pour le marché américain. Il subsiste également un autre mystère : ...
Quatuors op.18 de Beethoven : une jeunesse éclatante

Quatuors op.18 de Beethoven : une jeunesse éclatante

La série des Six Quatuors à cordes op. 18 furent composés par le encore jeune Beethoven au tournant des XVIII et XIXe siècles, publiés en 1801 et dédiés au prince Lobkowitz. Le compositeur était arrivé à Vienne quelques années plus tôt pour parachever sa formation auprès des deux plus grands musiciens de son temps : Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus Mozart. Ce dernier ayant déjà disparu deux ans plus tôt en ...
Tout Oistrakh pour EMI en boîte

Tout Oistrakh pour EMI en boîte

2008, ce n’est pas que l’année Karajan, c’est aussi l’année David Oïstrakh dont on célèbre également les 100 ans de la naissance. Tout comme Karajan, EMI célèbre cet anniversaire par l’édition d’un gros coffret économique qui reprend la totalité de ses enregistrements pour la marque au chien. En 17 disques, ce coffret en carton parcours vingt ans d’une excellence violonistique au service de la musique. Le mélomane commence ce voyage ...
francois-frederic_guy

François-Frédéric Guy : fin du marathon Beethoven

Les deux concerts dont nous rendons compte ici clôturaient un projet très intéressant de la Cité de la Musique, consistant à faire exécuter dans l’ordre chronologique, les intégrales des sonates pour piano de Beethoven et de l’œuvre pour piano de Debussy par deux pianistes, respectivement François-Frédéric Guy et Alain Planes. Cet arbitraire parti pris prend évidemment tout son sens pour ceux qui pouvaient assister à une, ou mieux encore, aux ...
Prometteur jeune quatuor russe

Quatuor Atrium, prometteur jeune quatuor russe

Réunir au même programme Beethoven et Chostakovitch pourrait bien devenir un classique des programmes des quatuors à cordes tellement ces deux immenses cycles ont marqué leur époque, et se marient finalement assez bien au même programme. Ainsi le jeune quatuor Atrium, fondé à Saint Pétersbourg en 2000, a choisi un quatuor de la période « médiane » de Beethoven, contemporain du Concerto « L’Empereur », le n°10 « Les Harpes » et un des premiers de ...
Intégrale des concertos pour piano Beethoven / Barenboim : bof !

Barenboim peu convaincant dans les concertos de Beethoven

Daniel Barenboim retrouve Beethoven et ses concertos qu’il a déjà enregistrés dans sa jeunesse sous la baguette d’Otto Klemperer. Une autre intégrale a vu le jour plus récemment avec la Philharmonie de Berlin. C’est donc sa troisième gravure de ces œuvres pour piano et orchestre. Si l’orchestre est à la hauteur de ce que leur demande leur chef, en l’occurrence Barenboim, il n’en est pas de même pour les options interprétatives ...
Une lecure médiane mais très recommandable

Concertos de Beethoven par Zacharias / Armin Jordan

On ne compte plus les dizaines d’enregistrements consacrés aux cinq irremplaçables et inégalés concertos pour piano de Ludwig van Beethoven. Les innombrables couples pianiste-chef d’orchestre, associations naturelles ou opportunistes, ont alimenté pendant des décennies la joie des mélomanes régulièrement fascinés par ce corpus unique dans l’histoire de la musique du XIXe siècle. Doit-on pour autant bouder notre plaisir à l’audition de cette intégrale enregistrée en public, en 1994, par Christian ...
Beethoven 5

Beethoven 5 par Pascal Rophé

Face à la somme de témoignages discographiques légués par les baguettes les plus prestigieuses et par le caractère emblématique que porte cette œuvre, il doit être extrêmement difficile pour tout chef d’orchestre d’aborder la symphonie n°5. Que pourrait-on en effet dire de nouveau sur cette œuvre des plus jouées ? Pascal Rophé n’a visiblement pas été embarrassé par cette question, choisissant plutôt d’explorer en profondeur une partition se suffisant à elle seule. A ...
Une clarinette chez Beethoven

Une clarinette chez Beethoven

L’Ensemble Kheops aborde ces deux trios pour clarinette, violoncelle et piano de Ludwig van Beethoven avec une élégance et un naturel de tous les instants. Ils délivrent ces partitions que d’aucuns pourraient imaginer moins conséquentes que les grands drames de la maturité avec un talent respectueux des volontés du maître de Bonn. La clarinette de Ronald van Spaendonck mène le jeu avec son timbre chaleureux et son autorité naturelle. Cependant Marie ...
Impression d’une somme de vie

La 9ème de Beethoven par Karajan, impression d’une somme de vie

En observant Herbert von Karajan diriger, on subodore l’intensité et la profondeur de l’expérience personnelle de ce chef médiatique. Cela fait certes partie du spectacle, mais, au-delà, la démonstration technique et interprétative demeure particulièrement exceptionnelle. C’est pourquoi les nombreux témoignages enregistrés ou filmés confirment combien Karajan s’est hissé à un sommet enviable (et envié) de la direction orchestrale. Bien évidemment, d’autres attitudes, d’autres lectures demeurent possibles et enrichissantes… mais la ...
Concert épistolaire à Lambesc

François-René Duchâble, concert épistolaire à Lambesc

Les habitants de Lambesc, petite commune des Bouches-du-Rhône située non loin d’Aix-en-Provence, ont eu bien de la chance. Ils ont pu bénéficier d’un concert de très haute tenue artistique dans leur ville, pourtant dépourvue de véritable salle idoine. La recette en a été finalement assez simple : prenez un directeur de l’école de musique municipale ayant parmi ses amis un pianiste de renom international pas bégueule, ajoutez une municipalité prête à ...
Ouverture et adieux

Alfred Brendel, ouverture et adieux

Parfois début et fin sont très proches l’un de l’autre. Ainsi, pour l’ouverture de sa saison symphonique 2008/2009, le Gürzenich-Orchester de Cologne a invité comme soliste l’éminent Alfred Brendel, celui-ci faisant en même temps ses adieux au public de la métropole rhénane. Ce furent des adieux toutes en demi-teintes. Pour l’occasion, Brendel avait choisi le concerto n°24 en ut mineur de Mozart, l’un des plus sombres du compositeur salzbourgeois. Mais ...