- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Honorable Symphonie n°9 de Mahler par Günther Herbig

L’ultime symphonie achevée de est la dernière des grandes symphonies post-romantiques. Extrêmement dramatique, aux accents autobiographiques, cette sublime œuvre se situe aux frontières de la tonalité et de l’atonalité. Les quatre mouvements sont de facture inhabituelle, puisque les extrêmes sont des mouvements lents encadrant un Ländler et un Rondo-Burleske, plus rapides.

Le premier débute par de très courts motifs exposés aux différents instruments, parfois trop stridents dans l’aigu. Il se clôt par une cadence aux vents, magnifiquement interprétée. Tous les solistes qui se démarquent dans cette fin sont dans une osmose parfaite qui contribue largement à la réussite de cette exécution.

Le deuxième mouvement a des accents fortement populaires. Nous voilà projetés au cœur de l’Allemagne pendant une fête. Mais nous sommes toujours dans Mahler et l’ironie et les grincements ne sont jamais loin. L’exécution marque bien ces contrastes, mais l’on reprochera encore aux premiers violons d’être parfois trop stridents et on saluera de nouveau le pupitre des vents.

Toujours la même remarque au sujet des premiers violons mais aussi pour les clarinettes pour le troisième mouvement, rondo effréné mêlant comme très souvent chez Mahler sublime et grotesque.

Le quatrième mouvement est le plus beau de toute la symphonie. Le thème initial aux cordes graves qui rappelle celui de l’Adagietto de la Symphonie n°5 est joué avec une retenue qui évite un pathos excessif tout en laissant la place au lyrisme. Gradation ensuite vers un le point culminant, très court, magnifiquement amené, avant une nouvelle section, plus apaisée, d’une beauté sombre et grave. La conclusion est dans la continuité de cette section : lente et méditative, elle clôt la symphonie dans un climat de calme résignation.

Cette version de ne vaut certes pas les enregistrements de Ricardo Chailly avec le Concertgebouw d’Amsterdam, mais présente une version plus qu’honorable de l’œuvre de Mahler et peut figurer sans problème dans la discothèque de tout mélomane.

(Visited 86 times, 1 visits today)