ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

La Fantastique et un Harold de très haut vols par Eschenbach

Alors que l’on célèbre en cette rentrée la réouverture de la salle Pleyel, c’est dans l’ancienne salle qu’a été filmé ce concert Berlioz donné, en 2001, par dans le cadre du cycle Berlioz qu’il dirigeait alors. est l’auteur au début de son mandat d’un enregistrement de la Symphonie fantastique (Naïve). Si l’orchestre témoignait de belles qualités, en dépit d’une totale disparition des timbres « français » si particuliers, le manque de vision d’ensemble et d’énergie caractérisait ce convenable mais peu déterminant enregistrement. Cependant, en quelques années et au fil de ses interprétations de la musique française, le chef a grandement amélioré sa compréhension de l’œuvre de . Autant dans la Fantastique que dans Harold en Italie, il sait gérer la narration propre à ces œuvres à programme. L’orchestre en très grande forme gratifie l’auditeur de prestations de très haut vol : les cordes sont galbées et précises, les vents gouailleurs et les cuivres puissants. Dans Harold en Italie, est l’interprète idéale d’une partition qu’elle connaît sur le bout de doigts.

Au-delà de la haute qualité de ces interprétations qui montrent les résultats du travail fourni par Eschenbach, l’intérêt de ce DVD réside dans la réalisation d’Andy Sommers. Les films de concerts symphoniques sont souvent assommés par des réalisations téléphonées qui alternent gros plans et vues d’ensembles. Andy Sommers nous gratifie fort heureusement de vues intéressantes, comme certains plans des musiciens et des vues prises du haut de la salle. Le réalisateur maintient un rythme échevelé qui évite tout ennui visuel.