ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Jean-Adam Freinsberg dit Guilain par Erik Feller

L’orgue de Cintegabelle reste l’un des must pour traduire la musique d’orgue française du Grand Siècle, ne s’y est pas trompé, qui, avec bonheur, nous offre cette sublime musique de en parfaite situation instrumentale et stylistique.

Nous ne reviendrons pas une nouvelle fois sur l’attribution douteuse de ce livre d’orgue à un auteur dont on sait peu de choses, jusqu’à sa véritable identité. Marchand n’est pas loin, c’est sûr et cela s’entend. Mais peu importe, la musique est là ; c’est l’essentiel, et elle est belle. Vraisemblablement conçues pour alterner les versets du Magnificat, ces pièces d’orgues reflètent tout ce que l’orgue français de cette époque a produit de meilleur : harmonie savante des plein-jeux, les pièces en tailles sont parmi les plus inspirées, les basses jubilent à souhait.

La version proposée est « orgue seul », sans plain-chant. La musique se suffit à elle-même, comme chez Grigny. Les versets s’enchaînent harmonieusement, et les sonorités fruitées et timbrées font merveille. Ecoutez le Quatuor de la Suite du troisième ton, ici proposé à quatre mains avec la complicité de , un moment de pure grâce !

nous fait aimer cette musique, et l’on ressent son jeu comme immensément sincère, sans aucun trait appuyé : la finesse et la légèreté du baroque sont au rendez-vous.

Ici, c’est l’orgue de Cintegabelle qui a de la chance, tel un magnifique diamant que l’organiste sait faire scintiller, au soleil de la musique de la Cour versaillaise.

Un mot encore sur la prise de son, vraiment réussie, malgré l’acoustique très « tournante » de l’église de Cintegabelle.