- ResMusica - https://www.resmusica.com -

La comédie musicale qui voulait se faire aussi grosse que l’opéra

Perplexité de la critique lors de l’écoute de ce CD. Rubrique opéra ou pop/rock? Perplexité, mais pas solitude. Car la double progéniture de ladite critique, systématiquement absente dès qu’elle pose un disque sur la platine et empoigne carnet et crayon (« on dirait qu’aujourd’hui, tu vas faire une Aida, m’man. Je vais dans ma chambre ») était mystérieusement dans la pièce au début de ce Welcome to the voice de . Pour demander, plage une, si c’était un plagiat de Moulin Rouge. Pour affirmer, plage deux, que la « vraie » Carmen, c’était mieux que ce pastiche-là. Pour asséner, au début de la plage trois, que ça ressemblait à la musique de Titanic, puis au milieu de la même plage que « c’est bien parce que c’est comme de la musique d’ascenseur, ça ne s’écoute pas » et finalement fuir à l’entrée des chœurs « parce que là ce n’est vraiment plus possible ».

Rendue à notre solitude, on se concentre sur notre problème. La dénomination de l’ouvrage, la présence de , , et , la volonté générale en somme, laisseraient penser qu’il s’agit d’un opéra. Mais la musique est là, qui dit le contraire. Il ne s’agit pas non plus de rock, plutôt d’une comédie musicale, pas si mal troussée, mais à la musique plus ou moins rabâchée. Pas de chance, il n’y a pas de rubrique idoine sur Resmusica. Optons pour pop/rock.

Le synopsis du livret est alléchant : un ouvrier fils d’un immigré grec (Sting) passionné d’opéra, tombe amoureux d’une diva (). Sur les marches de l’opéra, il reçoit la visite des fantômes de Carmen, Norma et Butterfly, tandis que son ami (, du groupe Soft Machine) essaie de le convaincre de la futilité de son obsession. Lorque le héros rencontre la diva, il veut la serrer dans ses bras pour l’embrasser, mais il lui fait peur. Le commissaire de police () l’arrête. Tous les fous d’opéra pourraient se retrouver dans ce grand choc, cette révélation électrique qu’est la découverte de la passion lyrique.

Perplexité de la critique à l’issue de son compte-rendu. Qui va s’intéresser à ce CD ? Sûrement pas les amateurs d’opéra. Ni les rockeurs. Les fans de Sting ? Il est vrai que sa voix, son charisme, son talent de diseur portent l’ouvrage entier. Mais est-ce suffisant ?

(Visited 68 times, 1 visits today)