ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Une « Titan » un peu poussive par Mariss Jansons

Les symphonies de constituent souvent, pour chacune d’entre elles, une sorte de « création du monde », et cet aspect de la musique de notre compositeur viennois est déjà bien perceptible dans son premier opus du genre, la Symphonie n°1 dite « Titan ». Au début, il ne se passe pas grand-chose à part des la – mi, des notes de cor, des sonneries de trompette, avant qu’un thème issu d’un lied avec orchestre ne fasse véritablement démarrer la machine et lancer la symphonie. Ensuite, un ländler un peu caricatural mais très délectable se fait entendre, suivi par une splendide version du Frère Jacques germanique (Bruder Jakob) en mineur, avec le canon qui lui va bien. Un mouvement en forme de catastrophe sonore achève cette première symphonie qui raconte sans doute une histoire en forme d’épopée et qui demande pour le moins un très bon souffle orchestral…

… que l’on chercherait bien en vain dans cette version ! Pourtant l’Orchestre du Concertgebouw – l’un des meilleurs orchestres qui soient – a gravé les symphonies de Mahler à de très nombreuses reprises et en compagnie des chefs les plus prestigieux et n’est donc pas un novice en ce qui concerne ce répertoire. Mais ici, l’ensemble ne décolle pas vraiment même si ponctuellement, c’est joli, délicat et bien ciselé. En fait, rien ne heurte ni ne choque mais tout passe un peu comme la dégustation d’un vin d’été : sur le moment c’est frais et agréable mais rien ne subsiste réellement après la consommation. En bref, cela ne laisse aucune trace après l’écoute. , chef letton au curriculum vitae conséquent, dirige le Concertgebouw d’Amsterdam depuis 2004 et a notamment déjà enregistré la Symphonie n°6 du même compositeur. Attendons de voir si d’autres vont suivre et de quelle manière il va les aborder.