ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Hugues Dufourt aux confins du domaine sonore

Fidèle des explorations contemporaines, l’ propose un disque l’un des fondateurs de l’école spectrale en France. En quelque mot, le terme spectral, inventé par Dufourt dans un article de 1979, désigne une forme d’écriture fondée sur la «découverte de la nature du timbre musical et la décomposition spectrale du son musical », essentiellement grâce à l’ordinateur. Les principaux représentants en sont Tristan Murail et Gérard Grisey. Essentiellement française, la musique spectrale a aussi touché le travail créatif d’autres compositeurs comme Ligeti avec Atmosphères, Stockhausen avec Stimmung et Xenakis avec Metastasis.

Créée en 2004 au festival Musica de Strasbourg, le Cyprès pour alto et orchestre évoque : « un arbre de lumière qui indique aux mourants la manière de s’échapper du monde, pour rejoindre l’au-delà d’une mémoire qui se rattache à l’éternité ». La pièce présente un superbe travail sur les textures et l’instrumentation s’avère d’un très grand raffinement. Tout est d’une subtilité en droite ligne de l’école française du foisonnement orchestral à la délicatesse de l’écriture pour l’alto ; cette sorte de nuage impressionniste et lumineux incite l’esprit à la méditation. Créateurs de l’œuvre, l’altiste , l’Orchestre du Luxembourg et le chef cisèlent ce vitrail narratif éclatant avec virtuosité.

La seconde partie du disque est occupée par Surgir de 1984. Selon le compositeur ce titre évoque « une certaine idée du temps que j’ai voulu traduire à l’orchestre : temps d’imminence, d’angoisse et de fragmentation, temps d’une genèse qui sera aussi conflagration, temps sans pessimisme qui, par-delà le paradoxe et le paroxysme, affirme sa maîtrise et renouvelle ses moyens ». Brillante dans son orchestration, la pièce impose des climats massifs et sculpturaux avec l’énergie d’un Varèse. Ecrite pour grand orchestre symphonique, la partition fait la part belle aux percussions, c’est très bluffant, mais cela vire quelque peu avec une démonstration didactique. L’orchestre est encore une fois dévoué à l’œuvre sous une baguette qui en explore les moindres recoins.