- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Blandine Rannou, ange ou diable ?

ne fut certainement pas un « nouveau » père, tendre et aimant, et déjà de son vivant ses contemporains écrivaient de lui le comparant à Marin Marais : « l’un avoit été déclaré jouer comme un Ange (Marin Marais), & l’autre jouer comme un Diable () ». Et ce diable n’hésita pas à faire enfermer son fils (Jean-Baptiste Antoine) pendant plusieurs mois, puis par le faire exiler pour le réduire au silence, effrayé par le talent de ce dernier.

Ne renonçant pas à la musique et de retour en France, Jean-Baptiste publie en 1747, Les Pièces de viole avec la basse continue de son père et leur adaptation pour le clavecin, instrument alors beaucoup plus à la mode. Jean-Baptiste retint 29 pièces, qu’il réparti en cinq suites, qu’il compléta par trois pièces de sa composition.

La personnalité ou plutôt les personnalités des deux Forqueray conviennent bien à et d’ailleurs elle se plait à en parler et à nous expliquer les difficultés techniques de l’approche de ces œuvres avec déjà beaucoup de talent dans le livret qui accompagne ce CD. Elle se situe dans une démarche très personnelle qui l’a conduite à proposer ici sa propre transcription de ces œuvres. Il faut toutefois, d’emblée, regretter une erreur typographique qui sur la jaquette du disque inverse et donc oublie, le titre de certaines pièces.

Nous retrouvons ici tout ce qui caractérise , qui dès la première suite s’attaque à cette musique diabolique, ciselant la clarté du discours, soulignant les articulations tout en éclairant l’architecture. Avec passion et rigueur elle souligne la séduction de cette quête de la virtuosité qu’avait entreprise Forqueray père sur sa viole de gambe et que son fils su poursuivre en la transcrivant pour le clavecin.

Le jeu fluide de Blandine Rannou, nous révèle ici à travers une palette sonore riche non seulement ce que cache les titres des pièces de ces suites, mais aussi toutes les nuances des couleurs des flammes qui les habitent. Elle nous offre avec force et détermination une vision de la musique des Forqueray où se dévoile une exaltation de la virtuosité laissant apparaître une sensualité fulgurante, un plaisir démoniaque et si profondément humain qu’il sait même parfois trouver des « mots » plus tendres pour s’exprimer.

(Visited 292 times, 1 visits today)