- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Le Château de Barbe-Bleu vu par Miklós Szinetár: premier degré !

Unique et génial opéra de , le Château de Barbe-Bleue est épouvantablement difficile à mettre en scène car l’action est des plus limitée.

Ce long dialogue entre ce couple d’amants légendaire se concentre sur la psychologie des personnages et les seules évolutions scéniques sont le franchissement des sept portes. Dès lors, les réussites scénographiques sont extrêmement rares et, dans l’archi-majorité des cas, les salles se limitent à des exécutions de concerts, bien moins risquées !

Grand interprète de Bartók, Sir avait une fascination pour cette œuvre qu’il pratiquait très souvent en concert. Au tournant des années 1980, le maestro s’était associé à l’homme de théâtre et réalisateur hongrois pour déboucher sur ce présent film d’opéra. Le parti pris, qui peut toujours surprendre, dans une œuvre aussi parsemée de symboles, est résolument naturaliste et réaliste. Le spectateur suit les deux héros dans toutes les salles du ténébreux château de Barbe-Bleue : la chambre de torture présente différents appareils peu accueillants et les eaux de la sixième porte sont résolument une marre des larmes des épouses du maître des lieux. Globalement, on peut adhérer légitimement à cette vision, très respectueuse des intensions du texte, mais la conception d’ensemble marque le poids des ans, avec des décors, un peu trop stylisés fin « seventies » avec des allusions historicistes.

Côté musique, la prestation vocale des deux chanteurs est très bonne avec une mention spéciale pour la fragilité de . Curieusement, Solti arrondit les angles de la partie d’orchestre. Son travail qui compose une interprétation très « impressionniste » et nuageuse, s’avère des plus intelligents, mais on aimerait un peu plus de hargne et de souffre.

Le commentateur est donc en présence d’un DVD évidement recommandable, mais non exempt de quelques défauts qui montrent que les films d’opéra, tout comme les mises en scènes, vieillissent assez promptement. Mais de toute manière, ce coffret possède, pour l’instant, un monopole absolu dans sa catégorie car la concurrence vidéographique est nulle.

(Visited 396 times, 1 visits today)