- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Zelenka : un comme Bach très roboratif

était un musicien tchèque – originaire de Bohème – qui a passé la majeure partie de sa carrière à Dresde comme joueur de contrebasse puis compositeur de musique sacrée. Pour donner l’importance qu’il convient au personnage, il suffit peut-être de dire qu’il était ami avec Jean-Sébastien Bach qui le tenait ainsi que sa musique en haute estime et qui ne manquait pas de le faire savoir. Pour la petite histoire, il faut savoir que Zelenka avait une santé fragile et qu’il tombait souvent gravement malade. C’est ainsi qu’il se fit la promesse en 1739 de composer une messe s’il survivait à l’une de ses nombreuses affections. Il a survécu et tenu sa promesse, ce qui nous vaut aujourd’hui la splendide Messa votiva, objet unique de ce CD.

Le style de Zelenka est aussi démonstratif que celui de Bach, un luthérien – ceci expliquant sans doute cela –, est sévère. Si Bach écrit sans ambigüité de la musique sacrée pour l’église, Zelenka lorgne sans s’en cacher du côté de l’opéra, il n’y a qu’à goûter à ses airs pour solistes pour s’en rendre compte. De plus, si notre Tchèque est moins purement technique que l’Allemand, il est beaucoup plus expressif et son langage musical sans conteste plus «moderne» que celui de son ami : on est pratiquement sorti de l’ère baroque pour passer à autre chose. Pour preuve, la souplesse de sa science du contrepoint et des harmonies parfois très surprenantes dans les passages chorals, qui sont peut-être des réminiscences de son séjour auprès de l’Italien Antonio Lotti.

Il n’y a aucune hésitation à avoir : l’interprétation de l’ensemble instrumental et vocal tchèque , sous la direction très inspirée de , est très lumineuse, virtuose tout en étant pleinement consciente de ce qui est chanté, c’est-à-dire une messe. Ici, aucun soupçon de superficialité n’est décelable, tout est exactement ressenti comme il convient. Côté technique, les instrumentistes, les chanteurs solistes et les chœurs sont parfaits dans ce répertoire qui demande pour le moins de l’agilité et du dynamisme. Le texte latin est chanté de façon traditionnelle, à l’allemande et le tout est un bonheur d’écoute à chaque instant et on en redemande.

Zelenka est véritablement un très grand compositeur encore très insuffisamment défendu et un enregistrement comme celui-ci, coproduit par Zig-Zag Territoires et les Festivals de Sablé et de la Chaise-Dieu, une incontestable réussite. Le petit Zèbre a encore eu du flair. Bravo.

(Visited 1 235 times, 1 visits today)