- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Olivier Cavé, un toucher de maître

En 2004, Deutsche Grammophon offrait au pianiste l’occasion d’enregistrer un album où déjà trois sonates de Scarlatti côtoyaient des œuvres de Beethoven, Schubert et Schumann. Remarqué par la critique, le cd obtient un succès d’estime à une époque où les premières difficultés commerciales des majors ne lui permettent pas de confirmer son talent auprès de la marque allemande plus intéressée par le charisme scénique des interprètes asiatiques que par les qualités propres de ses solistes émergents européens.

De père suisse et de mère napolitaine, vit Naples. Depuis sa plus tendre enfance, il y passe tous ses étés. Il a huit ans quand son père lui offre le disque des sonates de par Maria Tipo. C’est le coup de foudre. Après des études de piano au conservatoire de Sion, puis de Lausanne où il obtient son diplôme avec félicitations du jury, il suit son cursus de soliste auprès de Maria Lila Bertola à Milan et Nelson Gœrne à Genève. Mais c’est en 1995 qu’il rencontre son idole, Maria Tipo qui l’accepte au sein de son école de musique des alentours de Florence. Déjà, titille le jeune homme. Maria Tipo lui prodigue un unique conseil pour aborder ce compositeur : «Tu es napolitain, écoute ce que tu as en toi… et joue-le !»

Et il joue ! Avec une légèreté, un toucher comme effleuré, le jeune pianiste offre une très belle interprétation de ces sonates. Un toucher empreint de légèreté qui n’empêche aucunement la virilité. Cependant, nous sommes loin de la dureté des clavecins. Tout en nuances, ses doigts courent sur le clavier avec une technique sans faille. On retrouve chez le jeune pianiste les superbes qualités pianistiques que récemment relevées dans les enregistrements de Michael Studer. Même simplicité, même détachement, même décontraction, même transparence. Frappante la musicalité avec laquelle Olivier Cavé investit son interprétation. Comme une part de lui-même, il met en lumière la musique de avec un sens aigu de la mélodie et du rythme. Rarement pianiste s’est plongé avec autant de délices et d’intérêt dans l’ambiance de la ville où le compositeur a vu le jour. Cette approche humaine dans une des plus grandes capitales musicales du XVIIIe siècle ressurgit dans le piano d’Olivier Cavé. Dans ce disque, le pianiste fait revivre les musiques festives et joyeuses qui exhalent des rues et des places de Naples. Et ce ne sont pas les conseils d’Aldo Ciccolini à son jeune élève qui démentent cette belle réussite discographique.

Il peut paraître présomptueux d’affirmer qu’un pianiste d’une trentaine d’années est un maître. Mais pourquoi alors, l’écoute de cet enregistrement inspire cette irrésistible envie de l’écouter en boucle ?

(Visited 221 times, 1 visits today)