ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Flamboyant Enno Poppe

La conception plastique imaginée par les deux artistes de la soirée dans l’espace modulable de la Cité de la musique était déjà un spectacle en soi ; dans Interzone. Lieder und Bilder, fruit d’une collaboration entre la vidéaste Anne Quirynen et le compositeur allemand , les sons vont agir en interaction avec l’image grâce à l’installation de huit écrans vidéo formant un cercle lumineux au-dessus de l’ensemble instrumental. imagine un «Big Band» haut en couleurs (accordéon, saxophones, vents et percussions) cerné par deux synthétiseurs/orgues Hammond, un dispositif mixte dont il est coutumier pour sonder l’univers micro-intervallique – du quart de ton au sixième, voire huitième de ton! – servi ce soir avec une rare précision par l’ rejoint par l’excellent Ensemble vocal anglais Exaudi.

Le travail est mené à partir du texte de Marcel Beyer, spécialiste de l’œuvre de l’américain William Burroughs (1914-1997) dont le dramaturge allemand fait revivre la langue et l’univers singulier : un climat d’indétermination, d’images fugaces et de monde flottant (Burroughs parle d’aventures hallucinatoires) dans le contexte des années soixante.

C’est ce glissement continu de l’image en perpétuelle métamorphose – le travail d’Anne Quirynen est remarquable – qui fascine l’œil et rejoint la mobilité du contexte sonore dans un temps très fusionnel ; si le texte passe par la voix d’un récitant – Omar Ebrahim est acteur à part entière – s’inspire des techniques du chant coréen pour conférer à l’écriture de l’ensemble vocal une flexibilité très étrange et une qualité sonore singulière que l’on retrouve dans les séquences instrumentales mélismatiques. Comme dans l’œuvre de Burroughs, il n’y a ni logique ni système revendiqués dans la conception musicale d’ qui prend le risque, totalement assumé, de nous entraîner dans son labyrinthe temporel – les plages purement orchestrales sont saisissantes à cet effet – avec cette manière obstinée et passionnée « d’ausculter » des territoires inexplorés.

Relevant le défi avec un incomparable brio, était ce soir le maître d’œuvre de ce « théâtre de formes » en mouvement.

Crédit photographique : Enno Poppe © DR