- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Sonatines pour clarinette et piano

À croire que la clarinette n’a eu au XXe siècle que des « sonatines » ! Il manque pour être complet celles de Darius Milhaud et Arthur Honegger… Mais ces brèves pièces, toutes en trois courts mouvements, n’ont que peu de rapports entre elles si ce n’est titre et forme. Les perles y côtoient la vacuité…

Côté bonnes surprises, la très vivifiante Sonatine de , typique de son auteur, avec ses mesures irrégulières, ses à-coups rythmiques, ses moments de recueillement et sa virtuosité débridée. Côté «musique-que-c’est-pas-la-peine», la très lénifiante Sonatine de (qui oscille entre Stravinsky, le sirop à la guimauve ou Darius Milhaud selon les mouvements) et la dégoulinante Sonatine de , enfant illégitime de Brahms et Gershwin qui n’aurait gardé de l’œuf originel que la coquille. Le reste de ce disque se situe entre les deux. On a de la peine à croire que la Sonatina lirica de a été écrite en 2008, malgré des sonorités très sensuelles dans la partie de piano. , ou ont écrit des œuvres très virtuoses, typique des morceaux imposés dans les concours de conservatoire, et non dénués d’intérêt.

Un disque qui s’entend plus qu’il ne s’écoute, à laisser entre les mains de passionnés de clarinette ou aux curieux avides de découvrir des compositeurs belges. Les meilleurs musiciens, dont font partie et , ne pourront jamais malgré tout leurs talents rendre justice à certaines pièces vides de sens. En lieu et place des deux compositeurs britanniques (Malcolm et Horovitz), les sonatines (pour rester dans la thématique) de Milhaud et Honegger, pas tant enregistrées que ça, auraient eu toutes leurs places.

(Visited 203 times, 1 visits today)