- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Hommage à Martinů par Robert Kolinsky

Le pianiste suisse se démène pour l’œuvre de Martinů. À Bâle, ville de ses études pianistiques, il a fondé, en 2002, le Festival Martinů sous le parrainage du président Václav Havel.

Le label Ondine nous offre une belle collaboration de ce pianiste autour de concertos pour piano du compositeur tchèque. Composé en 1934, créé en 1935, le concerto pour piano et orchestre n°2 fut ensuite remanié par le compositeur à la demande du pianiste Rudolf Firkušný, le créateur de la pièce. La nouvelle version, largement réorchestrée, fut terminée en 1944 lors de l’exil américain du musicien. Rudolf Firkušný, fut également le créateur du concerto n°4 écrit, entre 1955 et 1956. Ces deux partitions sont de belles œuvres baignées par les climats si nostalgiques et évocateurs que le compositeur savait associer à un art de l’orchestration à la fois raffiné et virtuose. L’interprétation de et de est rigoureuse, rythmée et stylistiquement impeccable. Dans l’absolu, la version de Rudolf Firkušný (RCA) reste insurpassable pour les gouffres que suggèrent le pianiste tchèque.

En complément, Ashkenazy se retrouve seul face à l’orchestre symphonique de Bâle pour une jolie Ouverture et pour les grandioses Fresques de Piero della Francesca. Si l’ouverture est cernée avec énergie et sens des couleurs, les Fresques souffrent d’un orchestre, certes très professionnel, mais un peu trop neutre et rigide. Les grandes versions restent celles de Rafael Kubelik (Orfeo) et de Karel Ancerl (Supraphon).

(Visited 117 times, 1 visits today)