- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Louis Lortie et Hélène Mercier en duo franco-russe

Festival de Colmar

La suite de la double affiche Ravel-Rachmaninov du festival de Colmar proposait un concert de grand intérêt. L’intérêt est d’abord musical avec le bonheur de retrouver, accompagné d’, le pianiste auteur d’enregistrements remarquables chez Chandos (dont un magnifique intégrale de la musique pour piano de Ravel) et intérêt de la programmation en confrontant, au piano, des pièces données la veille par l’Orchestre du Capitole de Toulouse.

Mais sans entrer dans des considérations de musicologues passionnés, sur la primeur de telle ou telle version pianistique ou orchestrale, la musique est la triomphatrice de cette confrontation. À la différence de la prestation de Bertrand Chamayou, la veille dans le Concerto en sol de Ravel, le duo de pianiste est avant tout un alliance de poésie et de couleur. Le toucher des deux artistes suggère des teintes parfois nuancées et ondoyantes dans Ma mère l’Oye et fauvistes dans la Rhapsodie espagnole. Les musiciens sont des conteurs nés, initiant des saynètes bigarrées ou des historiettes merveilleuses selon le sujet des pièces. Le mélange de variété de teintes dans le toucher et de sens de la narration font de ces deux interprétations des modèles de style.

Dans les Danses symphoniques de Rachmaninov, on retrouve les mêmes qualités dans la version donnée par les deux artistes. Les différentes ambiances de cette partition crépusculaire sont cernées avec justesse et avec une variétés de touchers qui se fondent dans le ton de l’oeuvre.

Crédit photographique : (c) Kaas Kara.

(Visited 271 times, 1 visits today)