ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Pyrotechnie pianistique avec Mastuev et Gergiev

Ce disque propose le choc des titans russes actuels : les compères Mastuev et Gergiev. Les moyens pianistiques hors du commun du premier et le charisme du second se complètent et s’additionnent au fil de leur inspiration. Ce programme de concertos russes est taillé sur mesure pour ces deux pyrotechniciens. Dans les deux Concertos de , la puissance technique du pianiste fait un sort à ces musiques ironiques, enjouées et endiablées. On admire particulièrement la combinaison de puissance et de variété des couleurs qui convient parfaitement à ces concertos.  Le second degré est toujours à l’esprit du pianiste qui fait virevolter les notes dans un feu d’artifice musical constant. À la tête de ses troupes pétersbourgeoises, est au diapason pour faire exploser l’orchestre. Dans le Concerto n°1, le galbe des cordes s’avère des plus séduisants et dans le Concerto n°2, la parade orchestrale est réglée au millimètre ! Cette vision s’impose sans peine comme l’une des plus percutantes de ces dernières années avec l’étonnant disque de Yefim Bronfman  et d’Esa-Pekka Salonen (Sony).

En complément, Mastuev et Gergiev abordent le Concerto n°5 de , compositeur cher à Gergiev. Créée, en 1999, sous les doigts du pianiste finlandais Olli Mustonen, cette pièce est le cinquième concerto pour piano du compositeur. Fusion de l’héritage pianistique russe (on pense à Tchaïkovski et Prokofiev), la partition s’interroge aussi sur l’avenir de la musique à une période charnière de l’histoire. Sombre puis éclatant, ce concerto culmine dans un final au panache, technique et explosif, par sa virtuosité et ses multiples couleurs. La maîtrise de l’écriture pianistique et orchestrale montre encore l’immense métier de Chtchedrine.et l’on se réjouit de découvrir,  au fil des écoutes, de multiples détails dans le tissu compositionnel,  ciselé comme un diamant. est l’homme de la situation par son panache et par sa culture des styles russes alors que Gergiev fait briller une orchestration luxuriante, en particulier dans la ronde ensorcelée du dernier mouvement.

Magnifiquement  enregistré et complété par une notice de présentation intelligente et exhaustive, cet album est l’une des grandes satisfactions de ce début d’année 2012.