- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Impressions méridionales d’Eugène Reuchsel par Pierre Labric

Peu connu du public mélomane, , né avec le XX° siècle, est un compositeur organiste, héritier de Vierne et de Dupré. Le style de sa musique ne trompe pas, nous sommes bien dans cette époque où l’impressionnisme, même à l’orgue se développe. On retrouve là certaines ambiances de Notre-Dame de Paris, chères à Vierne, doublées d’un discours harmonique, en évolution, porté par le chef de file d’alors, Marcel Dupré.

Né à Lyon, cet artiste fut le disciple de Gabriel Fauré, et laisse la trace d’un immense virtuose, tant à l’orgue qu’au piano. Attiré par le sud, il compose les Promenades en Provence au cours des années trente. Il s’agit de trois recueils de quatre ou cinq pièces qui furent éditées en 1938 chez Lemoine. Tout cela constitue une somme de treize tableaux aux titres très évocateurs, comme Nuages ensoleillés sur le cap Nègre, Voiles multicolores au port de Toulon, Le moulin d’Alphonse Daudet à Fontvieille, ou encore
Visions à l’abbaye de Sénanque, pour n’en citer que quelques uns…

Tel les tableaux d’une exposition, l’auditeur se laisse alors porter dans sa promenade par les senteurs de la Provence, grâce à la palette sonore de l’orgue de Saint-Ouen de Rouen, qui fut et demeure sans doute le plus beau Cavaillé-Coll jamais conçu. On est même frappé par l’adéquation de cette musique avec cet instrument, comme si, Cavaillé-Coll, grand visionnaire, avait déjà prévu ce langage musical, tourné vers l’avenir.

, habitué de cet orgue, l’a beaucoup enregistré : Liszt, Demessieux, Vierne, autant d’auteurs magnifiés par cet interprète éblouissant, que l’éditeur Solstice, a su mettre en valeur au gré de ses rééditions. Une nouvelle fois, l’enregistrement initial de Téléson, a été récupéré sur les microsillons d’origine, puisque les bandes originales restent injustement inaccessibles, et c’est bien dommage ! Ceci étant, le transfert sur CD est de grande qualité, et permet d’apprécier grandement, le jeu inspiré de l’interprète et toute la puissance de l’orgue. A ce propos, Reuchsel devait aimer les grands ensembles sonores, car l’orgue déploie souvent son fameux « tutti », très orchestral, avec ses trompettes en chamade et sa contre-bombarde 32 pieds de pédale.

L’intérêt majeur de cet album est de nous faire découvrir un cycle monumental, injustement oublié qui vient marquer de sa pierre, un moment important de l’histoire de l’orgue français, entre la fin des romantiques et l’éclosion des modernes.

(Visited 429 times, 1 visits today)