- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Les Sonates pour cordes du tout jeune Rossini

Aux deux extrêmités du catalogue de se trouvent des partitions éloignées des immortels et brillantissimes opéras que toutes les scènes du monde ont défendues pour le plus grand plaisir des oreilles des mélomanes depuis tant de générations. Tandis que les Pêchés de vieillesse conluent le parcours, les quatre cordes de l’ nous convient à l’écoute des Six Sonates pour cordes composées par un enfant d’une douzaine d’années. Depuis sa création l’ composé de deux violons, d’un violoncelle et d’une contrebasse, recrutés au sein des meilleurs orchestres de Pologne n’a pas  manqué, à de nombreuses reprises, d’afficher la qualité individuelle de ses membres et de la pertinence de l’ensemble. Cet effectif peu habituel voulu par le tout jeune Rossini s’explique simplement par les instrumentistes qui l’entouraient alors. Son opus pour quatuors à cordes, intitulé Sonate, fut élaboré à Ravenne en 1840 lors d’un séjour chez le contrebassiste Agostino Triossi.

Chaque pièce se présente en trois mouvements, rapide-lent-vif,  fait la part belle aux deux violons qui assurent le rôle principal mais pour autant, cela s’explique naturellement, ménage de belles sections au violoncelle et à la contrebasse. La relative virtuosité des mouvements rapides contraste avec la retenue des Andante. L’ensemble ne s’éloigne guère de l’esprit du 18e siècle et n’annonce que bien timidement ce qui rendra mondialement célèbre . Ce dernier eut-il le sentiment d’avoir créé un chef-d’œuvre ? Il semble que non puisque, conscient de l’immaturité de son travail, il en refusa la publication. Volonté dont certains ne tinrent pas compte et qui en imposèrent l’édition en 1825-1826. D’ailleurs, le domaine de la musique de chambre ne retint, sans génie patent, son attention, qu’entre 1802 et 1812. Bien sûr, les Sonates, tout en manquant de brio et de brillant, pâtissent également d’un élan juvénile  et insouciant que l’on serait en droit de rencontrer. Il se dégage même à leur écoute une certaine mélancolie voire plutôt une réserve timide. Les interprètes, parfaits, ne peuvent transférer cet essai dans le groupe fermé des créations immortelles.

(Visited 782 times, 1 visits today)