- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Nguyen-Thien Dao : cœur français, âme vietnamienne

« Compositeur vietnamien citoyen de la République française, ainsi a-t-on pris l’habitude de me présenter » confie répondant aux questions d’Isabelle Massé dans ce livre d’entretiens qui parait chez Van de Velde.

Grand absent de l’affiche des concerts d’aujourd’hui, le compositeur est assez peu connu du public. Cet ouvrage recueillant sa parole vive est d’autant plus précieux. Et si l’on peut désormais mieux cerner l’univers du compositeur – grâce notamment au catalogue de ses œuvres dressé en annexe -, il manque à notre attente un vrai questionnement (et de vraies réponses) concernant la secrète alchimie qui s’opère entre les deux cultures d’Orient et d’Occident au sein de l’écriture du compositeur.

Né en 1940 au Vietnam, arrive en France en 1953. Il va se former au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et faire la rencontre décisive d’, son seul maître, dont il suivra l’enseignement de 1967 à 1969. De belles photos de classe et dédicaces élogieuses sont réunies à l’issue de ces entretiens. Comme bon nombre de compositeurs asiatiques installés à Paris (on suppose qu’il y vit encore), Nguyen-Thien Dao exprime cette dualité entre un cœur français et une âme vietnamienne, une écriture occidentale et une pensée orientale. Mais les questions d’Isabelle Massé et l’itinéraire sinueux emprunté au fil des chapitres peinent à dégager les grands axes de son travail. Le propos s’enferre souvent dans des schématisations hâtives – « la musique sérielle est une musique violente et dure » – , des approximations (Pelléas et Mélisande écrit en 1905) et des questions hasardeuses qui ne ciblent pas toujours la problématique annoncée. Fort heureusement, les exemples musicaux sont toujours bienvenus et l’on apprécie la très belle préface de .

(Visited 597 times, 1 visits today)