- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Le basson augmenté de Pascal Gallois

Le nouvel album Solo de sorti chez Stradivarius est le cadeau du bassoniste à pour ses 90 ans. Les trois oeuvres de l’enregistrement, déjà inscrites au répertoire discographique de l’interprète, sont réunies ici à dessein.

Y figurent, au côté de Dialogue de l’ombre double – l’un des chefs d’oeuvre de Boulez adapté pour basson -, la Sequenza XII de – dédicataire de Dialogue de l’ombre double – et Torsion d’, trois partitions taillées à la démesure de l’artiste hors norme qui les a suscitées, créées et qu’il gorge d’une virtuosité frénétique.

C’est , soliste de l’Ensemble Intercontemporain depuis 1981, qui suggère à en 1995 une adaptation pour basson et électronique de Dialogue de l’ombre double originellement écrit pour clarinette. Le basson joue ici de la diversité de ses timbres là où la clarinette fait varier les volumes. Dans cette version de 2002, l’énergie et la ductilité du son mises au service de la ligne boulézienne sont phénoménales. S’il manque à la restitution de ce « cérémonial imaginaire » la cinétique du son dans l’espace – réduit ici à un jeu de panoramique gauche droite – tout comme l’effet théâtral des lumières, l’oeuvre habitée par l’interprète virtuose n’exerce pas moins son pouvoir de fascination.

La Sequenza XII de Berio écrite pour Pascal Gallois est une aventure menée de front par le compositeur et l’instrumentiste durant les trois années de sa gestation (95-97) et les quelques sept autres de sa maturation. Dix ans séparent l’enregistrement que nous propose cet album de la première captation de l’oeuvre par son dédicataire en 1997. Le son y a acquis sa patine, le continuum sonore sa flexibilité et la grande forme son évidence. Pascal Gallois nous convie à cette « auscultation sonore » du basson et nous tient captif jusqu’au terme de la trajectoire.

On retrouve dans Torsion (avec CD) d’ l’envergure virtuose de la Sequenza XII (tremolo Berio, souffle circulaire, sons glissés), l’oeuvre découvrant un nuancier de timbres étonnant: de sa « voix de tête », claire et boisée, au grain sombre et chaleureux de son registre grave, le timbre du basson passe par cette qualité « laryngée » – effet de « torsion » – obtenue par filtrage du spectre sonore. Ponctuel, l’environnement électroacoustique creuse la perspective et laisse affleurer un fil narratif, énigmatique autant que séduisant.

Somptueusement illustré, le livret du CD recèle quelques superbes photos d’archive.

 

(Visited 539 times, 1 visits today)