ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

La flûtiste Juliette Hurel réussit son Mozart

Du temps de Mozart il n’était pas rare de remplacer le premier violon du quatuor à cordes par un instrument à vent. Il est évident qu’un tel changement modifie sensiblement la perception liée aux dialogues profonds entretenus par les quatre instruments à cordes.

Chez Mozart en particulier la flûte participe à un allègement psychologique du discours musical qui se rapproche ainsi plutôt du divertimento ou, si l’on préfère, de la sérénade pratiquée en particulier lors de réunions festives (anniversaires, mariages, repas de fête…).  Mozart a composé quatre quatuors avec flûte. Deux furent composés à Mannheim, ceux en ré majeur K.285 et en ut majeur K.285A, datant respectivement  de 1777 et 1778. Ils donnent la suprématie à la flûte sur les cordes qui dialoguent assez peu entre elles et s’inscrivent dans le  style galant. A l’évidence, ils ne manquent pas, la flûte surtout, de charme ni de richesse mélodique. On dégustera l’abondance des thèmes au nombre de cinq du premier Allegro  du ré majeur et la fertilité de leurs développements. L’Adagio en si mineur constitue une authentique réussite grâce à son climat songeur, plus, mélancolique. Le Rondeau : Allegretto final, s’affiche brillant, vif, presque opératique de ton.

Le court Quatuor en la majeur K. 298, écrit à Vienne, et daté de fin 1786 fut destiné à la famille Jacquin ; œuvre parodique et amusante, inspirée par les thèmes contemporains (aujourd’hui bien oubliés) que n’appréciait pas particulièrement le compositeur. , une des artistes les plus talentueuses et prometteuses de sa génération, porte haut ces œuvres de Mozart, très efficacement escortée par les solides membres du . La flûtiste après son excellente prestation dans « À l’aube du romantisme » (Schubert et Beethoven) pour Naïve signe un enregistrement plus que bienvenu, à disposer en bonne place dans toute musicothèque mozartienne.