ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Un Américain à Paris : Leonard Bernstein et l’Orchestre National de France

L’année du centenaire de la naissance de (le 25 août 1918) aura été marquée par une saine débauche de concerts, de sorties discographiques et vidéographiques. Le coffret édité par  Warner Classics « Un Américain à Paris », riche de sept CD, propose des enregistrements studio et live, pour certains inédits.

L’industrie du disque, au cours de cette année anniversaire, n’a pas ménagé ses efforts et ses initiatives pour porter à la connaissance de tous d’innombrables témoignages sur l’immense talent du chef d’orchestre américain. Rappelons que ses débuts furent transformés en succès foudroyant lorsqu’il remplaça au pied levé à Carnegie Hall de New York le chef Bruno Walter, souffrant, le 14 novembre 1943 et fit la couverture du New York Times. L’artiste éclectique, dynamique et enthousiaste rencontra dès lors une formidable notoriété comme chef d’orchestre, pianiste, éducateur, humaniste et bien sûr compositeur. Le succès indiscutable de sa partition pour West Side Story et de son exercice comme directeur de l’Orchestre philharmonique de New York (1958-1969) l’inscrivit rapidement au nombre des artistes les plus populaires de son époque.

Parmi ses multiples participations face aux meilleurs orchestres du monde le présent coffret nous confirme les talents du maître dirigeant l’ au cours des années 1970. Ses directions en concert au Théâtre des Champs-Élysées pour le centenaire de (1975) que l’on ne connaissait pas, très réussies, s’imposent. La qualité d’écoute de cette livraison bénéficie d’une remastérisation de toutes les bandes retenues. Sans déplaisir aucun, on retrouve une fois encore des tempi parfois audacieux, des engagements parfois singuliers résultant de l’entente palpable reliant le chef invité et l’orchestre français. Les œuvres de Ravel mais également celles de Berlioz, très toniques, le Schelomo de Bloch douloureux, et des Milhaud… prouvent l’aisance et l’implication artistique d’un artiste polyvalent unique en son genre. On the Waterfront et les Danses symphoniques de West Side Story nous rappellent également qu’il fut un orchestrateur de premier plan, parfois fulgurant sinon toujours inspiré. Les solistes prestigieux sollicités ajoutent au mérite de cette merveilleuse opération.

Un précieux témoignage pour l’éternité.