ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Ravel en BD, riche et didactique

Compositeur, artiste et penseur multiforme, s’est associé à l’essayiste et poète Guillaume Métayer et à l’illustrateur Aleksi Cavaillez pour cette impressionnante biographie dessinée de .

En imaginant que Ravel, sentant sa fin venir, ait demandé à son ami Alexis Roland-Manuel de passer quelques jours dans sa maison de Monfort-L’Amaury pour recueillir ses souvenirs, les scénaristes ont trouvé un « artifice narratif » efficace pour dérouler la vie du compositeur. Documenté, éclairant, d’un niveau qui intéressera le connaisseur sans perdre le néophyte, le propos trouve le ton juste pour essayer de faire comprendre la singularité du personnage et de sa musique. On apprécie particulièrement les développements sur la jeunesse de Ravel, dont le public est moins familier, et si certains épisodes reprennent des propos et anecdotes bien connus, comme dans les pages sur le Boléro ou La Valse, les auteurs consacrent des pages à un propos plus personnel comme lorsqu’ils mettent dans la bouche de Roland-Manuel une défense enflammée du Concerto pour la main gauche. Intéressant, quand l’on sait ce que le Concerto pour piano de Karol Beffa doit à Ravel.

Si l’on part du principe qu’il est vain de vouloir représenter graphiquement toute la richesse de la musique de Ravel et son imaginaire coloré, on pardonnera le choix d’un dessin en noir et blanc. D’autant qu’Aleksi Cavaillez, qui est malentendant mais se dit très intéressé par ce défi, ne manque pas d’audace, s’affranchissant volontiers de la case traditionnelle et mélangeant de manière très réussie l’évocation d’une œuvre et son illustration, l’ici et l’ailleurs, le passé et le présent. On sent un effort pour exprimer, de ce trait franc et faussement simple, quelque chose de la musique et de sa vibration. Mais c’est finalement une impression de didactisme qui domine, probablement d’autant plus forte que l’on est déjà familier du personnage et de sa musique. Enfin, on comprend difficilement que ce soit un Ravel presque constamment heureux et jovial qui est dépeint, atténuant sensiblement les effets de sa maladie que l’on sait pourtant avoir été très gênants.

En guise de « coda », un texte extrêmement bien tourné d’une trentaine de pages, faux récit de Roland-Manuel inspiré des écrits (réels) de ce dernier, apporte plus d’épaisseur au personnage. Dandy pudique et chaleureux, personnalité libre et profondément travaillée, ne cesse d’intriguer une fois l’ouvrage refermé. Mais surtout, on en sort avec une envie d’écouter sa musique encore et encore. Ne serait-ce que pour cela, cette parution est une entreprise à saluer.

(Visited 304 times, 1 visits today)