- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Martin Fröst, la clarinette à fleur de peau

Pour son dernier opus discographique, le clarinettiste , Artiste de l’année ICMA 2022, nous livre un album fidèle à son image, inclassable, éclectique, au travers d’un florilège d’arrangements, conçu comme une émouvante errance nocturne teintée de mélancolie.

Un disque que Benny Goodman n’aurait, sans doute, pas démenti par le savant mélange des genres, appariant musique baroque (Bach, Scarlatti, Purcell, Rameau, Haendel, Celsi), musique de jazz (Chick Corea, Richard Rodgers, Gordon Jenkins) ou encore musique folklorique suédoise. Une savoureuse compilation toute entière inspirée par l’envie et le plaisir de jouer. Un album ludique certes, mais pas que : un enregistrement dont on ne sait qu’admirer le plus d’une technique vertigineuse faisant appel aux procédés les plus audacieux et périlleux (double langue et respiration circulaire), d’une sonorité d’une inaltérable rondeur dans tous les registres, d’une tessiture élargie dans le grave grâce à un nouvel instrument conçu en collaboration avec Buffet-Crampon, de la virtuosité inspirée de l’improvisation, de la douceur du legato avec de sublimes pianissimi ou de la netteté des staccatos bondissants, sans oublier une note d’humour réconfortante.

Bref, un disque superbement pensé, chargé d’émotion et haut en couleurs, mettant en évidence la clarinette de qui se décline, ici, dans tous ses états depuis la confidence jusqu’à la distorsion ou le cri, exaltée par la contrebasse de Sébastien Dubé et le piano de Roland Pöntinen, magnifiée encore par une belle prise de son. Incontournable !

(Visited 367 times, 1 visits today)