ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Aperghis donne de la voix

Les 14 Récitations de , dont la composition débuta en 1978, sont inspirées par la technique de la Klangfarbenmelodie d’Anton Webern, où le thème musical est fragmenté à l’extrême au sein de l’orchestre.

Les quatorze pièces, relativement courtes, sont très différentes les unes des autres et témoignent d’une grande inventivité musicale, alors qu’elle ne sont destinées qu’à un seul instrument, ou plutôt matériau : la voix humaine. Celle-ci disloque, fragmente, rompt, joue avec le texte qui n’est parfois presque plus intelligible. Les poèmes sont ici confiés à la voix légère, très fluide et presque mutine de la soprano française , une des interprètes favorites du compositeur. Elle joue avec brio et humour de toutes les difficultés de ces partitions très difficiles à exécuter et enchaîne avec virtuosité passages en voix de poitrine, en voix de tête, sifflements, cris, glissandi, chant, récitation, passages rapides, longues tenues… L’interprétation est tellement proche de la perfection, que l’on ne se rend compte qu’il s’agit d’une version de concert qu’en raison des applaudissements de la dernière plage.

La prise de son, très proche, donne l’impression que l’interprète est dans la pièce, à tel point que l’auditeur peut éprouver des moments d’inquiétude… (Récitations n° 2, n° 4 et n°7).

Les 14 Récitations sont ainsi un excellent moyen, comme la Sequenza III de Berio, plus inventive encore, de découvrir les nouvelles techniques vocales et le traitement de la voix dans la musique contemporaine et de montrer que, oui, il peut y avoir de l’humour dans la musique d’aujourd’hui. Un seul regret cependant, la notice, ne présente pas les textes et ne détaille pas les techniques d’écriture et d’interprétation requises pour chacune des pièces.