- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Al ayre argentino

Festival d’Auvers-sur-Oise

Après la nostalgie mélancolique du maître du « nuevo tango » dans ses propres œuvres, la reprise presque analytique faite par , les lectures « jazzy » par ou tendant vers la (bonne) guinguette avec Fabrice Ravel-Chapuis (l’arrangeur de Bénabar) quand ce n’est pas la venu de l’électronique dans l’album Gotan Project par , il est difficile de se faire une place dans les reprises d’ ou de son illustre prédécesseur Carlos Gardel. L’ensemble Contrastes tente d’émerger dans ce répertoire fort servi par une vision venant du classique, dans un état d’esprit totalement décomplexé.

Et cela marche. Certes, excepté Piazzolla, les autres compositions restent de l’agréable musique légère, fort bien interprétée par ces quatre jeunes musiciens qui ont de l’énergie à revendre. Au-delà des qualités des instrumentistes, ce qui est déterminant, dans ce genre musical, est la qualité des arrangements. A ce niveau, le public a été largement servi, et parsemant leurs réécritures de diverses références et citations issues du répertoire classique. L’œuvre de , en création mondiale, s’inscrit dans cette vision, simple exercice de style reprenant les « poncifs » du tango argentin.

Quelles que soient les qualités de ce concert donné dans des conditions peu optimales (temps fortement humide en ce dimanche de fin de printemps, ce qui n’est pas vraiment profitable pour des instruments à cordes, scène étroite, tout en longueur, acoustique sèche comme un coup de trique) Piazzolla reste malgré tout un univers maintenant bien occupé pour s’y distinguer. Le bis offert, un arrangement très original de La Bohème de , laisse à penser que beaucoup de choses peuvent être faites dans cette direction-là.

Crédit photographique : DR

(Visited 73 times, 1 visits today)