ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Il vero Vivaldi !

Heureux Vivaldi qui après le long purgatoire de l’oubli puis l’enfer de la publicité et des standards téléphoniques bénéficie aujourd’hui d’interprétations rendant grâce à son talent ! Même Les quatre saisons, devenues scie musicale, peuvent encore nous surprendre au disque (par Amandine Beyer et Gli Incogniti). Cela a été une vraie joie d’entendre une si belle interprétation de 8 concertos du recueil l’Estro Armonico, l’autre groupe célébrissime de concertos pour violon. Sur instruments baroques avec un art consommé des nuances, les instrumentistes de l’ ont offert toute la fraîcheur, la fantaisie et l’énergie aux partitions de Vivaldi. Dessinant le portrait exact d’un musicien plus complexe qu’il n’y paraît en lisant des extraits de correspondances, a dirigé son orchestre avec discrétion tout en jouant tout du long avec jubilation. Tous les violonistes de l’orchestre ont ainsi tenu à tour de rôle une partie soliste. Ils ont ainsi prouvé une nouvelle fois leur maîtrise sur ces instruments anciens avec cordes en boyaux et archets baroques. Pierre Bleuse et ont en plus une délicatesse de timbre et de nuances alliée à une virtuosité totale qui les distingue particulièrement. Le charme du violon vivaldien a opéré tout du long sans jamais lasser. Le violoncelle d’Anne Gaurier a lui aussi brillé dans de beaux moments de virtuosité. Les autres instrumentistes de l’orchestre ont été des compagnons attentifs et musicalement très précis. Avec de tels interprètes Vivaldi n’est plus le compositeur facile et parfois lassant que certains croient connaître mais bien un musicien inventif offrant dans ces œuvres le meilleur de lui-même fait de joie de vivre et de subtile énergie. Le violon est son porte-parole le plus brillant et le public ravi n’a pas caché sa gratitude aux interprètes pour ce moment de pur bonheur musical détaché de la réalité quotidienne.

Crédit photographique : photo © DR