ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Don Quichotte de Massenet: les adieux de José Van Dam

Ce Don Quichotte donné en mai 2010 à Bruxelles fêtait une série d’événements exceptionnels : les cinquante années de carrière de , son soixante-dixième anniversaire et ses adieux à la scène. On est alors d’autant plus heureux que ce spectacle ait pu être enregistré et conservé. Le théâtre de la Monnaie a mis pour l’occasion les petits plats dans les grands, en faisant appel, outre l’illustre baryton-basse, à et à . Et ce DVD est à la hauteur de toutes les espérances.

Dans un décor splendide, entièrement fait de papiers empilés qui rappellent l’obsession littéraire du héros de Cervantès, le metteur en scène raconte avec une tendresse infinie la solitude d’un homme au soir de sa vie. Seul dans son salon, absorbé par son livre, son imagination convoque les personnages du roman, qui surgissent de la tapisserie et l’entrainent vers une dernière aventure, qui le conduira vers la désillusion, et la mort. C’est à la fois poignant, vif et précis. Et comment ne pas y voir un hommage déjà nostalgique à la « mort scénique » de ?

De l’autre côté, sous la baguette de , l’orchestre de la Monnaie sonne glorieux, et préserve le caractère de chaque scène tout en donnant une unité de ton à cette oe uvre composite, qui peut passer en quelques secondes de l’espagnolade festive à la plus pure mélancolie.

Au plan vocal, la fête n’est pas autant réussie. Si José Van Dam, impérial, donne une magistrale leçon d’interprétation, sa voix a perdu tout son émail, et le chanteur se réfugie parfois dans le parlando. Mais quelle diction, et quelle présence ! Un adieu dans toute sa gloire ! Il est hélas mal entouré. fait montre d’une insupportable vulgarité, d’un manque de style évident et d’un accent parfois exotique. est fade et inintéressant au possible, et l’on enrage en pensant que l’exceptionnel Lionel Lhôte faisait partie de la deuxième distribution.

José Van Dam a tenu à passer le flambeau d’une autre façon, en auditionnant et formant de jeunes chanteurs du Young Artists Programme de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth pour les quatre petits rôles des prétendants de Dulcinée. C’est tout à son honneur, mais leurs voix sont bien vertes, et on n’y trouve pas vraiment son compte.
Le coffret est à la mesure de l’évènement, joli, bien présenté, avec de très belles photos, et quelques textes intéressants. Un agréable bonus d’environ une heure nous fait entrer dans la réalisation de cette production d’exception.