- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Milan : Concert de Gala des ICMA 2013

Pour ce concert de gala annuel des 2013, l’Auditorium de Milan accueillait les lauréats pour une belle soirée de musique. Fondé en 1993, l’Orchestre Verdi de Milan, s’est imposé comme l’une des grandes formations symphoniques européennes sous la baguette, entre autre, de . Outre l’Orchestre laVerdi a, au fil des ans, étoffé ses activités : un chœur, un orchestre baroque et un orchestre amateur complètent une offre de concert des plus larges. Si la chef chinoise est directrice de la formation, est le premier chef invité de l’orchestre. Il assurait, pour cette soirée de gala, la plus grande partie de la direction musicale.

L’affiche présentait un vaste panorama des musiques, depuis le baroque au XXe siècle, reflet de la richesse des productions discographiques primées par le jury. En ouverture, les Cornets noirs s’attaquaient à des pièces de Gabrielli et Schütz avant de passer le flambeau à l’un des jeunes artistes de l’année, le contre-ténor, Valer Barna-Sabadus pour un extrait de Rinaldo de  Haendel, accompagné de l’orchestre baroque LaVerdi sous la direction de son chef . Le timbre cristallin et la musicalité sensible de cet artiste séduisirent l’assemblée. Elue artiste ICMA de l’année, faisait preuve d’une assurance et d’une grande hauteur de vue dans le premier mouvement du Concerto pour violon de Korngold. L’Orchestre LaVerdi et faisaient briller la luxuriance de l’orchestration. La jeune clarinettiste espagnole   s’attaquait au Concerto de Copland. La spectaculaire partie soliste était transcendée par la jeune musicienne capable des plus subtiles nuances et d’une grande variété de couleurs.

Après l’entracte, , primé pour l’ensemble de sa carrière offrit la mort d’Isolde de Wagner, dans la transcription de Franz Liszt. La rigueur  de la construction et la simple émotion qui se détachaient de cette lecture  toute en poésie fut saluée par une standing ovation. Un autre grand moment fut atteint par deux extraits de l’Oiseau de feu dirigés par le chef russe . Avec une gestique économe de superficialité, le musicien fit exploser le prisme des couleurs.  Avant de finir en beauté avec l’ouverture de la Force du destin de Verdi, John Axelrod et l’orchestre évoluaient avec aisance dans le Concerto n°2 de Rachmaninov et dans deux airs de Moniuszko.

Rendez-vous donc pour le gala 2014 à Varsovie, dans le cadre du Festival Beethoven. Le 12 avril 2014, l’orchestre sera conduit par José Maria Florêncio.

Crédits photographiques : Concertodautunno

(Visited 99 times, 1 visits today)