- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Beethoven, départ et utopie avec Nagano

Le chef poursuit son intégrale des Symphonies de Beethoven. Venant après des enregistrements appréciés des Symphonies n°3, n°6 et n°8, le chef américain confronte la puissante Symphonie n°7 à la juvénile Symphonie n°1 dans un album sous-titré plutôt pompeusement « Départ-utopie ».

On retrouve à travers ce disque l’attention du musicien pour la pulsation et le sens du rythme dans une optique traditionnelle, c’est-à-dire sans les brutalités de certains chefs venus du mouvement baroque. La Symphonie n°1 est fine et élégante, Nagano y est très attaché à la clarté des textures et à la rigueur rythmique. L’ est techniquement très au point, mais il manque tout de même un brin de jeunesse à cette lecture très maîtrisée.

On monte d’un sérieux cran avec une Symphonie n°7 à la fois bien charpentée et soignée dans les détails. Les tempi sont plutôt modérés mais le chef cherche plus  à mettre en avant la force moderniste de l’écriture beethovénienne que de faire ressortir le romantisme échevelé. Dans cette optique, cette interprétation est admirable de la première à la dernière note.  On se réjouira de la sonorité de l’orchestre de Montréal plus claire et puis équilibrée (latine en quelque sorte), que celle des phalanges germaniques.

Au fil des volumes, on constate que construit avec patience un corpus beethovénien des plus solides.

(Visited 478 times, 1 visits today)