ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Les 40 ans de l’Auditorium Maurice Ravel de Lyon

L’Auditorium Maurice Ravel de Lyon à 40 ans. Reconnue comme patrimoine du XXe siècle, cette salle en béton est la résidence de l’

Le 14 février 1975, , directeur musical de l’ fit résonner la Symphonie fantastique de Berlioz, marquant l’inauguration officielle de l’Auditorium Maurice Ravel. La construction d’un nouvel auditorium était devenue essentielle pour un orchestre reconnu comme « National » en 1972. De plus, dans les années 1970, les orchestres de provinces ont le vent en poupe suite au « Plan musique » de , directeur de la musique au Ministère de la culture. L’effectif de l’orchestre augmente et ses missions de service public l’obligent à développer ses concerts.

Le Quartier de la Part-Dieu, sur d’anciens terrains militaires, est alors en pleine métamorphose pour devenir un centre d’affaires et de commerce. Mais la culture ne doit pas être oubliée : la bibliothèque municipale, alors la plus grande de France, est inaugurée en 1972. L’Auditorium sera l’étape suivante ! C’est d’ailleurs , urbaniste de la ville de Lyon et concepteur du quartier Part-Dieu, qui sera aux commandes de sa réalisation avec .

L’Auditorium est construit en béton précontraint. 40.000 tonnes de béton et 830 tonnes d’acier furent nécessaires à ce chantier. L’instabilité du sous-sol nécessita l’emploi de pilotis. L’auditorium fut construit en trois ans.  Son nom est choisi par Robert Proton de la Chapelle, directeur artistique de l’Orchestre de Lyon,  en souvenir des relations amicales qu’il avait entretenues avec Maurice Ravel. Ce dernier s’était produit à Lyon,  en 1932,  au pupitre de  son Concerto en sol avec la pianiste au piano. L’Auditorium présente un volume global de 30 000 m3 (soit un peu plus que le Royal Festival Hall de Londres et un tiers de moins que le Palais des congrès de la porte Maillot à Paris). Son plateau modulable varie entre  270 à 390 m². Sa jauge maximale est de 2120 places.  L’acoustique est alors un point faible de nouvelle salle à cause d’impératifs de sécurité et de choix peu judicieux sacrifiant la qualité sonore au confort des spectateurs, très à leur aise dans cette salle semblable aux théâtres romains de l’Antiquité. Une vaste campagne de restauration, entre 1992 et 2003, permit, entre autre, d’améliorer l’acoustique, l’esthétique  et le confort des servitudes. Une nouvelle campagne fut menée en 2013.

En 1977, le grand orgue du Trocadéro, construit pour l’Exposition universelle de Paris, en 1878, fut installé par . Avec des 82 jeux sur 121 rangs et ses 6508 tuyaux, il est reste un instrument exceptionnel et l’un des rares orgues de concert de France.

L’Auditorium Maurice  Ravel a reçu en 2012, le label, Patrimoine du XXe siècle.

Dans le dossier de presse des célébrations du 40e anniversaire de l’Auditorium, le chef d’orchestre rappelle les changements positifs induits par cette nouvelle salle : « cet Auditorium transforma l’activité de notre orchestre en le libérant d’un grand nombre de services réservés jusqu’alors à l’Opéra. Elle nous permit notamment de développer nos missions de rayonnement tant à l’international (avec de nombreuses invitations dans des festivals prestigieux notamment Salzbourg, Prague, Vienne et de nombreuses tournées dont la tournée en Chine en 1979 où nous étions le premier orchestre européen invité), qu’en France et en région Rhône-Alpes. ».

Désormais dirigé par l’Américain , l’une des baguettes les plus polyvalentes de notre époque, l’Orchestre national de Lyon est l’une des plus belles phalanges de France et certainement la meilleure après l’Orchestre de Paris et le Philharmonique de Radio-France. Il faut espérer que les festivités des quarante ans, renforce la notoriété nationale et international de cet orchestre et de cette salle.

Crédits photographiques : Duchon Doris/N.Rodamel